Kandia Camara à la Fesci : « La police a interpelé des élèves pour détention de drogue et d’armes blanches… »


28/02/2017
Ph DR

À travers un communiqué publié dans la presse et sur les réseaux sociaux, le Bureau Exécutif National de la FESCI appelle à des marches éclatées pour réclamer la libération d’élèves qui seraient emprisonnés et la réintégration d’autres qui seraient radiés.

Madame le ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et la Formation Professionnelle tient à informer l’opinion nationale et internationale, que contrairement à ces allégations, aucun élève n’a été radié d’un établissement public de Côte d’Ivoire.

Cependant, il est avéré que la police a interpelé des élèves pour détention de drogue et d’armes blanches et pour violences et voies de fait sur d’autres élèves et sur des enseignants qu’ils voulaient déloger. Cela a occasionné des blessés graves dont un enseignant de Bouaké ayant perdu l’usage d’un œil.

En effet, c’est de façon récurrente que l’on note de multiples cas d’agression d’enseignants, de personnels d’encadrement et d’élèves perpétrés par de tels individus se réclamant de la FESCI. Ces actes de violence sont intolérables.

Madame le ministre invite la communauté éducative dans son ensemble et singulièrement les parents d’élèves à condamner de tels actes et à sensibiliser leurs enfants afin qu’ils évitent les actes de violence et de vandalisme.

Elle invite les élèves de Côte d’Ivoire à renoncer à la violence et à privilégier leur formation, dans un environnement paisible, condition première de la qualité et de la réussite pour tous les apprenants.

 

Kandia CAMARA

1 | 2