Litige foncier à Modeste

La jeunesse N'Zima se rebelle contre le roi de Moossou


01/09/2011 | | Commenter l'article
1384

La jeunesse de Modeste, village situé sur la route de Grand-Bassam, a mis le roi de Moossou en garde le samedi 31 août 2013, au cours de la conférence de presse qu'elle a animée dans cette localité. Les présidents des jeunes N'zima des quartiers ''Air-France'', '' Petit-Paris'', ''Bassam'' et celui du village '' d'Azzurétti'' ont joint leurs voix à celles de leurs frères de Modeste, Gnoan Joseph, secrétaire général de la chefferie chargé de la jeunesse et Bebou Yoro, président des jeunes, pour crier leur ras-le-bol.

« Nous voulons dire à Nanan Assoumou, roi du village de Moossou que çà suffit. Qu'il arrête de semer le désordre dans notre village. Nous sommes dans un État de droit et aucun chef n'a le droit de gérer le foncier d'un autre village », a dénoncé Gnoan Joseph. « La vérité finie toujours par rattraper le mensonge. Il ne peut pas tromper les agents du ministère de la Construction qui font correctement leur travail », a-t-il précisé. Ces jeunes N'Zima estiment que les ''agitations'' et les ''sorties'' de ce roi, incompatibles à la tradition akan, cachent bien des choses. Ils ont promis faire des révélations au moment opportun. Avant, ils ont justifié l'attitude du roi par sa volonté de mettre les peuples N'Zima et Abouré en conflit et surtout pour préserver ''ses intérêts personnels et mesquins''. « Qu'il se ressaisisse parce que cela ne passera pas. Il gagnerait à user de sagesse pour faire face au mal qu'il a fait aux populations», ont-ils conseillé. Gnoan et ses camardes ont par ailleurs déclaré ''l'attendre de pied ferme sur les terres de Modeste. Puisqu'il avait annoncé bloquer la réalisation des logements sociaux sur les 81 ha de terre que les villageois ont cédé à l’État.'' Les jeunes ont rappelé que son royaume ''imaginaire'' se limite aux frontières de Moossou. Et qu'il ne peut pas prétendre gérer le foncier de Modeste dont le chef a été nommé par arrêté préfectoral. Aussi ne peut-il pas gérer les terres de cette localité qui appartiennent à plusieurs familles. Il s'agit notamment des familles Konney ( famille du chef du village Konney Ahoua Simon), Mockey, Yacé, Kouao, Etty, Anthony Kangah, Hoegah etc. Des femmes de Grand-Bassam, ont également manifesté leur colère contre le roi de Moossou. « Nous l'attendons de pied ferme à Modeste», a martelé N'Da Awa, responsable des femmes du quartier Air France de Grand-Bassam. En outre, le chef du village de Modeste, Konney Ahoua Simon, a été encouragé pour ses actions et exhorté à gérer le foncier de Modeste avec sagesse et honnêteté, dans l’intérêt des populations afin de rattraper le retard dans le développement de ce village.

Marcelle AKA

Recevez toute l'actualité directement
dans votre boîte e-mail !


Du lundi au vendredi, recevez chaque matin l'essentiel de l'actualité :
politique, économique, société, sport...

Marcelle Aka

|

  • SOURCE: L'inter

EN CONTINU

Pub New Era 300x600

 

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte