Crise post-électorale en Rdc: Des Congolais en Côte d’Ivoire réaffirment la souveraineté de leur pays et disent non aux injonctions de l’extérieur, Sassou et Alpha Condé cités


Des partisans de Kabila à Abidjan exigent le respect de la souveraineté de la RD Congo dans le règlement du contentieux électoral en cours

Ils ne sont pas contents, et ils ont décidé de faire entendre leurs voix au monde entier. En particulier, à tous les chefs d’Etat, qui avec l’appui d’impérialistes occidentaux « tapis dans l’ombre », veulent s’immiscer dans le processus électoral en cours dans leur pays au risque de faire basculer ce pays dans le chao. Des Congolais de Côte d’Ivoire, résidant à Abidjan, connus pour être des partisans de Kabila, mais favorable à la victoire de Félix Tischisekedi proclamée par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), crient à la manœuvre et affirme haut et fort la souveraineté de leur pays. Ils s’insurgent contre toute forme d’injonction venant de l’extérieur dans le traitement des résultats du scrutin ayant donné pour vainqueur M. Tischisekedi.

Ces ressortissants du pays de la Rumba, qui ont produit une déclaration pour protester contre l’immixtion de l’extérieur dans les affaires intérieures à la République démocratique du Congo (Rdc) rappellent la position adoptée le vendredi 11 janvier 2019 par les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le sujet. Ceux-ci, notant que des différends relatifs au contentieux électoral avaient été portés devant la Cour constitutionnelle, avaient encouragé toutes les parties prenantes concernées à préserver le climat généralement pacifique des élections et à faire valoir leurs réserves ou leurs différends par le biais des « mécanismes et processus appropriés prévus dans la Constitution de leur pays. Notamment sa « loi électorale », le tout dans le « respect de la souveraineté de la Rdc ».

Mais, cette approche diplomatique, notent les partisans de Joseph Kabila à Abidjan dans leur communiqué, semble ne pas être du goût des présidents du Congo, Denis Sassou Nguesso et de la Guinée, Alpha Condé. Deux chefs d’Etat qui embarqués dans une position contraire et en tête « d’un peloton diplomatique » que récusent les Congolais vivant à Abidjan et ayant pris fait et cause pour la confirmation de la victoire de Félix Tischisekedi. « Chose curieuse, les deux chefs d’Etat qui veulent passer outre la position médiane adoptée par les membres du Conseil de sécurité n’ont jamais accepté puis apprécier un quelconque avis extérieur quand il s’agit de leurs pays », font remarquer les plaignants, qui révèlent et dénoncent « un ballet de lobbyistes qui ont établi un axe entre Brazzaville, Conakry, Bruxelles et Paris ».

A les en croire, l’abbé Tshole de la Cenco a été régulièrement aperçu au palais Sekoutoureya de Conakry. Idem pour l’opposant Moïse Katumbi, soutient de Martin Fayulu, qui aurait rencontré presqu’une dizaine de fois le président guinéen. « Jean Yves le Drian et Didier Reynders, respectivement ministre des Affaires étrangères de la France et de la Belgique sont très actifs auprès de Sassou et Condé pour embarquer Kagame, président en exercice de l’Union Africaine, pour quelques semaines dans un scénario d’immixtion dans le règlement du processus électoral en Rdc ». Des activités contre lesquelles nos interlocuteurs, qui souhaitent garder l’anonymat pour des raisons purement diplomatiques, s’élèvent. Non sans clamer la souveraineté du Congo pour traiter le contentieux électoral en cours. « Il nous paraît surprenant de voir l’Union africaine convoquée une session extraordinaire sur la situation électorale au Congo. Ce qui n’avait pas été le cas avec le Gabon, le Cameroun où il y a eu des contestations. Au regard de tout ce qui précède, force est de faire remarquer que l’avenir de la Rdc se joue désormais entre l’affirmation de sa souveraineté et les injonctions des différents groupes de pressions qui ne veulent pas lâcher le morceau, car le pays est une poule aux œufs d’or qui suscite de la convoitise », s’inquiètent cette diaspora à Abidjan, qui trouve « intrigant » l’engouement des Occidentaux et de « valets africains » dans le dossier de la Rdc.

 

F.D.B

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte