Libye : Gros risques d’ un nouvel embrasement


Libye : Gros risques d’ un nouvel embrasement
Antonio Guterres, s’est entretenu avec le maréchal Haftar, à Benghazi

La Libye est au bord d’un nouvel embrassement. La communauté internationale multiplie les appels au calme après l’offensive militaire lancée, jeudi, par le maréchal Khalifa Haftar contre le gouvernement d’« union nationale », rapporte Le Monde, dans une publication ce samedi 6 avril 2019.

 

Des combats au sud de Tripoli entre les forces fidèles au maréchal Khalifa Haftar et celles du gouvernement de Faïez Sarraj ont fait craindre un nouvel embrasement en Libye, dans la soirée de vendredi 5 avril, quelques heures après un appel de la communauté internationale à un arrêt de toute offensive de l’Armée nationale libyenne (ANL), force de l’est du pays rivale depuis 2011 du gouvernement d’« union nationale » (GNA).

Rappelons que jeudi, une colonne de l’ANL a été signalée au sud de la ville de Gharyane, verrou stratégique sur la route de Tripoli. Le lendemain, à l’aube, un convoi armé a été repoussé à une trentaine de kilomètres de la capitale, en direction de l’ouest. Une milice pro-gouvernementale de la ville de Zaouia a indiqué qu’elle a fait 145 prisonniers parmi les soldats de l’ANL et confisqué 60 véhicules. 

Notre source ajoute qu’après avoir rencontré à Tripoli le chef du GNA, Faïez Sarraj, jeudi, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s’est entretenu vendredi avec le maréchal Haftar, à Benghazi. « Je quitte la Libye avec une profonde inquiétude et un cœur lourd », a déclaré à la sortie le dirigeant de l’Organisation des Nations unies (ONU), « espérant toujours possible d’éviter une confrontation sanglante à Tripoli et ses environs ».

Jonas BAIKEH

 

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte