Révision de la Constitution : Le Sénégal n’a plus de Premier ministre


Révision de la Constitution : Le Sénégal n’a plus de Premier ministre
Les députés sénégalais ont supprimé le poste de Premier Ministre

Le poste de Premier Ministre au Sénégal n’existe plus. Les députés sénégalais ont adopté samedi 4 mai 2019 la révision de la Constitution devant mener à la suppression de ce poste.

 

Par 124 voix pour, 7 contre et 7 abstentions après plus de 7h de débat, la réforme de la Constitution a été adoptée par l’Assemblée nationale.

Les députés de l’alliance présidentielle ont expliqué, à Radio France internationale (Rfi) toute la journée pourquoi cette loi - qui entraîne la suppression du poste de Premier ministre - est, selon eux, essentielle. Ils expliquent que la réduction du mandat du président de 7 à 5 ans va obliger le chef de l’État à travailler plus vite, à être plus efficace pour remplir les objectifs, notamment créer 1 million d’emplois en 5 ans et bâtir 100 000 logements.

Désormais, les institutions de la République au Sénégal sont le président de la République, le parlement (qui comprend deux assemblées, l'Assemblée nationale et le Sénat), le Gouvernement, le Conseil économique et social, le Conseil constitutionnel, la Cour suprême, la Cour des comptes et les Cours et tribunaux.

Rappelons que c'est après l'éclatement de la Fédération du Mali que la constitution du 26  août 1960  est adoptée. Celle-ci réaffirme l'option d'un régime parlementaire avec Mamadou Dia comme chef du gouvernement en sa qualité de président du conseil et Senghor comme président de la République. Cette constitution restera en vigueur jusqu'après la crise de décembre 1962 entre les deux hommes. Elle sera remplacée par la constitution du 7 mars 1963 qui institue un régime présidentiel.

Une nouvelle constitution est adoptée le 7 mars 1963. Elle établit un régime présidentiel. Le poste de Premier ministre est supprimé. Ce nouveau texte subira une série de révisions en date du 20 juin 1967, du 26 février 1970, des 19 mars et 6 avril 1976, du 28 décembre 1978 et du 24 avril 1981. Ces modifications successives permettent de passer progressivement d'un système de parti dominant, marquée par la personnalité charismatique de Senghor, à un régime multipartite intégral lors de l'élection d'Abdou Diouf.

La Constitution de 2001 est adoptée à la suite du référendum constitutionnel du 7 janvier 2001 qui recueille 94 % de votes positifs. Les prérogatives du président de la République sont élargies. Il peut dissoudre l'Assemblée nationale du Sénégal. Le nombre de députés est de 150. Le Sénat du Sénégal est supprimé. Il sera rétabli en 2007 de même que le Conseil économique et social.

En mars 2016, un référendum constitutionnel est prévu pour réduire le mandat présidentiel de sept à cinq ans. Un projet de révision constitutionnelle est soumis à référendum en 2016. Il prévoit notamment la limitation du nombre de mandats présidentiels à deux (de 5 ans). Il propose également la mise en place un Haut Conseil des Collectivités territoriales en remplacement du Sénat qui a été supprimé dès l’accession du président Macky Sall à la Présidence de la République. Les Sénégalais ont voté oui au projet de Constitution soumis au référendum le 20 mars 2016.

Jonas BAIKEH




 

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte