Algérie : Saïd Bouteflika, frère cadet de l’ex-président algérien, a été incarcéré


05/05/2019
Algérie : Saïd Bouteflika, frère cadet de l’ex-président algérien, a été incarcéré
Saïd Bouteflika et deux poids lourds de l’ancien régime ont comparu devant la justice

Saïd Bouteflika, frère cadet de l’ex-président algérien, a été interpellé samedi 04 mai 2019 pour «complot contre l'Etat ».

Saïd Bouteflika a été interpellé pour «complot contre l'Etat ». Il aurait tenté d’instaurer l’état d’urgence ou l’état de siège afin de contenir la contestation populaire, rapporte Libération. 

Avec lui, deux anciens responsables des services de renseignement, les généraux Toufik et Tartag ont été arrêtés pour la même raison et sont actuellement interrogés par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Ces arrestations, menées simultanément, surviennent après une série de mises en garde du chef des armées, le général Ahmed Gaïd Salah, homme fort de la scène politique actuelle. Ce dernier a ouvertement accusé le général Toufik d’avoir tenté de déstabiliser le pays dès les premières semaines du soulèvement populaire qui a démarré le 22 février. Plus proche conseiller de l’ex-président, Saïd Bouteflika a acquis un rôle politique majeur après qu’un AVC, en 2013, a durablement affaibli ce dernier. Il est même soupçonné d’avoir pris des décisions en lieu et place de son frère, raison pour laquelle son nom est régulièrement cité lors des manifestations.

Toujours selon notre source, la pression de la rue se maintient, avec des appels à la démission de l’équipe gouvernementale dirigée par Noureddine Bedoui et du président par intérim Abdelkader Bensalah, ainsi qu’à la suspension des élections présidentielles prévues le 4 juillet.

Les partis politiques de l’opposition ainsi que plusieurs organisations de la société civile militent pour l’instauration d’une assemblée constituante en vue mener la transition vers une seconde République réellement démocratique. Le bras de fer continue, notamment entre manifestants pacifiques et force de l’ordre qui empêchent à nouveau les rassemblements en dehors du vendredi.

 

Jonas BAIKEH

 

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2