Piétons et sécurité routière: nous sommes concernés !


(Photo Carmudi)

Lorsqu’on dit sécurité routière, les automobilistes semblent être les seuls concernés. Des communications aux campagnes de sensibilisations, sans oublier mesures préventives et répressives tout ou presque semble s’adresser aux conducteurs. Et pourtant l’OMS nous confirme que chaque année, plus de 270 000 piétons laissent la vie dans des accidents de la route. De quoi orienter le débat en direction de ceux-ci, afin de savoir dans quelle mesure nous pouvons tous contribuer à faire de nos routes un endroit plus sûr. Carmudi nous offre à nous, piétons, ces quelques conseils préventifs, grâce auxquels nous aussi pouvons contribuer à sauver des vies.

Pour un piéton, la sécurité routière passe impérativement par la conscience d’un fait simple : en cas d’accident, il est infiniment plus exposé au danger que l’automobiliste qui l’aura percuté. En effet, le conducteur de la voiture est maintenu en place par sa ceinture de sécurité, entouré d’airbags amortissant ses chocs et protégé par une carrosserie en métal souvent pourvue de zones de plissement pour lui épargner de ressentir la majorité de l’énergie de collision. Et nous, pauvres piétons ? Nous subissons de plein fouet le choc dur d’un véhicule pesant plusieurs centaines de kilogrammes, et se déplaçant à une vitesse folle pour nous percuter, nous rouler dessus, ou pire, nous coincer contre un autre véhicule ou un obstacle fixe. Rien que ****

On a vite fait de se sentir impuissant face aux chiffres liés à la mortalité des piétons sur la route, mais en réalité, il nous suffit de faire preuve d’un peu plus de vigilance et de discipline pour y échapper sans difficulté.

Marcher sur les trottoirs

La chaussée est réservée aux véhicules, et les trottoirs aux personnes se déplaçant à pied. Le simple fait de respecter cette répartition de l’espace contribuerait à baisser les statistiques macabres de la route. Ce n’est malheureusement pas toujours facile à appliquer, sachant que dans la pratique, les trottoirs sont bien souvent encombrés de marchandises, de signaux divers, de voitures stationnées, etc. qui rendent difficile les déplacements des promeneurs.

Emprunter les passerelles

Sur les grandes artères de la ville, il est formellement interdit de traverser la route. Des passerelles sont prévues à cet effet, alors ne prenons pas de risques inutiles. Si les escaliers vous semblent trop fatigants, empruntez la rampe plus douce, et allez-y à votre rythme, car vu l’allure à laquelle se déplacent les voitures rend toute sur ces grandes voies, la moindre collision peut se révéler fatale.

Marcher face au flux de voitures

Lorsqu’on est contraint de marcher sur la route (trottoirs encombrés ou inexistants), soyons doublement attentifs. Il est déconseillé de marcher dans la même direction que les voitures, c’est à dire en tournant le dos au trafic. Préférons toujours traverser la rue pour avancer en faisant face aux voitures arrivant le plus près de nous.

Ne pas mettre ses écouteurs à fond

Nos sens nous servent à interagir avec notre environnement, alors ne nous en privons pas. Se boucher les oreilles avec nos écouteurs et mettre la musique à fond est un bon moyen de s’évader, de marcher de longues distances sans s’ennuyer. Mais ne perdez pas de vue qu’en faisant cela vous vous privez de votre ouïe, et de tous les renseignements qu’elle vous fournit sur l’imminence d’un danger (bruit de moteur, klaxons répétés, personnes attirant votre attention, etc.). Pour notre sécurité, veillons à toujours baisser le son émanant de nos écouteurs, de manière à pouvoir entendre les bruits environnants, ou alors utilisons une seule oreillette.

Soyons attentifs aux klaxons

Le klaxon est le moyen pour un automobiliste d’attirer l’attention des personnes autour de lui. L’abus dont il fait l’objet a malheureusement fini par nous faire intégrer son bruit à notre fond sonore habituel, au point de ne même plus juger utile de se retourner lorsqu’on l’entend. C’est toutefois une attitude à proscrire, car il pourrait provenir d’une voiture dont le conducteur a perdu le contrôle et tente de nous alerter afin que l’on se mette à l’abri. N’hésitons pas à nous retourner pour nous assurer que ce klaxon ne nous est pas destiné, car il est préférable de se retourner pour rien, plutôt que d’être percuté par une voiture qui a tenté de nous avertir.

Etre extrêmement prudent en traversant la route

Autant que possible, traversez au passage clouté, et en vérifiant bien que le bonhomme du feu tricolore est au vert. Si vous êtes contraint de faire autrement, assurez-vous de prendre toutes les précautions. Si vous voyez une voiture arrivez, laissez la passer avant de vous engager. Ne vous laissez pas aller à croire que vous être plus rapide qu’une auto, car même Hussein Bolt n’atteint pas 45 km/h ! Ne faites pas non plus confiance aux freins de la voiture, ou à la réactivité de son conducteur. Fiez vous également à vous-même en prenant des décisions réfléchies. Et si vous vous faufilez entre les voitures dans un embouteillage, traversez de préférence devant les plus petites voitures, pour avoir une meilleure visibilité sur les autres véhicules. En essayant de passer devant un bus, un camion ou même un SUV, vous avez moins de chance de voir à temps le scooter arrivant à toute vitesse juste derrière.

Attirez l’attention sur vous

Faites tout votre possible pour vous assurer que les automobilistes vous ont bien vus avant de vous engager devant eux. Faites de grands gestes, s’il le faut, car il vaut mieux être ridicule que mort ou blessé. La nuit, privilégiez les habits de couleurs claires, ou fluorescentes, pour être sûr d’être visible d’assez loin. Et pour finir, le plus élémentaire des conseils : regardez bien à gauche et à droite avant de traverser la rue !

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next

LES ARTICLES LES PLUS LUS

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte