Coopération Sud-Sud: S.E.M Mustapha Jebari, ambassadeur du Maroc en Côte d'Ivoire

« Ce qui lie le Roi Mohammed VI au président Ouattara »
(Photo DR)
Son Excellence Mustapha Jebari, est l'ambassadeur du Maroc en Côte d'Ivoire. Dans l'entretien qui suit, il onne les raisons de la troisième visite du Roi Mohammed VI en Côte d'Ivoire.

Votre Excellence, Sa majesté Mohammed VI effectue une visite en Côte d'Ivoire à partir du 30 mai. Quel est le but de cette autre visite ?

Effectivement, Sa majesté, le Roi Mohammed VI arrive le 30 mai, dans le cadre d'une visite d'amitié et de travail en Côte d'Ivoire. Il faudrait rappeler que les relations entre le Maroc et la Côte d'Ivoire sont des relations très anciennes, depuis feu SE Félix Houphouët-Boigny et feu Sa majesté le Roi Hassan II. Leurs relations étaient très étroites, très fraternelles, très amicales. Maintenant, avec Sa majesté Mohammed VI, c'est une continuité de ces relations à tous égards. La coopération entre les deux pays concerne plusieurs domaines, notamment économique, social, culturel et politique. Donc, la visite de Sa majesté le Roi Mohammed VI en Côte d'Ivoire, s'inscrit dans ce cadre, et également dans celui du renforcement du partenariat et de la coopération Sud-Sud.

Le Roi était ici l'année dernière, plusieurs accords de coopération ont été signés. Quel bilan pouvez-vous faire au moment où le roi revient en Côte d'Ivoire ?

Le bilan est très positif, depuis la première visite de Sa majesté le Roi en 2013, celle effectuée en 2014, et la visite de SEM le président de la République de Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, dans le mois de janvier dernier. Il y a un grand nombre d'accords qui ont été signés, soit au plan gouvernemental, soit entre gouvernement et privé, soit entre privé et privé. Donc, je dirai que le bilan est très positif, parce qu'on a remarqué que la dynamique de ces relations, qui trouvent leur socle dans ces accords qui ont été signés, s'est enclenchée de manière considérable. Il y a eu l'arrivée de plusieurs investisseurs, les relations commerciales ont augmenté, il y a eu des programmes de coopération entre les deux parties, toujours en application de ces accords, il y a eu beaucoup de missions d'Ivoiriens au Maroc. Dernièrement, on a eu la visite du ministre marocain des Affaires étrangères et celui des Finances, pour assurer un suivi avec les autorités ivoiriennes, et pour voir un peu l'état de la mise en œuvre de ces accords. Donc, pour moi personnellement, le bilan est extrêmement positif. Maintenant, avec cette visite, on va continuer à mettre en place un cadre juridique pour des relations économiques et sociales futures. On est optimiste, la partie ivoirienne est très réceptive de cette coopération et de l'offre marocaine. Le Maroc, faudrait-il le rappeler, et c'est toujours dans le cadre de la coopération Sud-Sud, essaie de faire bénéficier la Côte d'Ivoire de son expertise, de son savoir-faire, de ses avancées pour que la Côte d'Ivoire accède à l'émergence 2020 souhaitée par SE le président de la République. Le Maroc s'est engagé, à plusieurs reprises, surtout par la voie de Sa majesté le Roi Mohammed VI, à accompagner le développement socio-économique de la Côte d'Ivoire dans tous les domaines.

Le Roi est à sa troisième visite en Côte d'Ivoire, qu'est-ce qui l'attache précisément à ce pays ?

Comme je l'avais dit, il y a des engagements vis-à-vis de la Côte d'Ivoire en tant que pays frère et ami, il y a le principe de la coopération Sud-Sud, il y a également cet esprit de partage avec le continent africain, parce que, comme vous le savez, le continent africain, comparé à d'autres continents, reste toujours le continent le moins développé. Donc, nous on met la main dans la main pour essayer d'aider la Côte d'Ivoire à parvenir à son développement, en particulier et celui du continent africain d'une manière générale.

Le Maroc est un pays hautement touristique. Est-ce que parmi les projets d'accords de coopération qui existent, il y en a qui sont consacrés au tourisme en Côte d'Ivoire, étant entendu que ce pays regorge d'énormes potentialités touristiques ?

Effectivement, en 2013, il y a eu un accord dans le domaine du tourisme qui a été signé entre les deux ministres, Messieurs Roger Kacou et Hassane Aldat, ministres du Tourisme. En 2014, il y a eu un avenant à cet accord. Il y a un programme très ambitieux de former les jeunes ivoiriens dans le domaine du tourisme, à la charge du Maroc, étant donné que nous avons atteint maintenant le chiffre de 11 millions de touristes par an et qu'on ambitionne d'avoir 20 millions à l'horizon 2020. Actuellement, la Côte d'Ivoire est à 500 000 touristes par an, avec un projet de 1 million de touristes à l'horizon 2016. Et nous, main dans la main, nous essayons d'aider la Côte d'Ivoire à perfectionner ses cadres, son mode de gestion dans le domaine touristique et également ses infrastructures touristiques. Donc, nous sommes là pour aider la Côte d'Ivoire dans ce domaine et bien d'autres.

On savait les liens très forts entre le Roi Hassan II et Félix Houphouët-Boigny. Qu'est-ce qui lie le Roi Mohammed VI au président Ouattara ?

Le président Alassane Ouattara est une personne très sage, c'est un modèle en Afrique, c'est quelqu'un qui a beaucoup donné à la Côte d'Ivoire. Sa majesté le Roi a très bien compris la posture de SEM le président de la République, il a très bien compris que c'est un homme qui aime son pays, qui aime son peuple, qui veut faire quelque chose pour la Côte d'Ivoire. C'est pour cela que Sa majesté le Roi s'est attaché au président Ouattara et a adhéré à sa politique. Et il lui a montré toute sa disponibilité pour aider la Côte d'Ivoire et le président Ouattara. Le président Ouattara est un grand homme.

Sa majesté le Roi Mohammed VI a initié un programme de formation pour des imams de la zone subsaharienne. Est-ce que les religieux ivoiriens sont associés à ce programme ?

Le programme ne date pas d'aujourd'hui. Il s'inscrit dans le cadre de la formation des imams pour prôner un islam modéré, parce que comme vous le savez, nous sommes des sunnites malikites au Maroc. Donc, le sunnisme malikisme est une tendance religieuse qui est très modérée, qui est tolérante, qui accepte les autres. Le Maroc a essayé toujours de combattre l'extrémisme, l'obscurantisme, il a prôné un islam modéré. Et pour ce faire, Sa majesté le Roi a initié un programme très ambitieux pour la formation des imams, pour inculquer aux jeunes croyants un islam qui tolère l'autre. Ce n'est pas comme les autres versions de l'islam qui essaient de détruire. Donc, dernièrement, le 27 mars exactement, il y a eu l'inauguration de l'institut Mohammed VI, pour la formation des imams et les Mourchidates à Rabat. Cet institut va accueillir des jeunes étudiants, les futurs imams, pour qu'ils soient formés dans toutes les disciplines de la religion. Bien entendu, ces étudiants seront pris en charge par le Maroc. Pour la Côte d'Ivoire, nous avons pour l'instant 75 imams qui sont déjà partis, et sont sur place. Il y a un projet pour augmenter le nombre. Nous l'avons fait avec beaucoup de pays africains et même des pays européens qui souffrent de l'islamisme radical. Donc, avec la Côte d'Ivoire, nous avons formé beaucoup d'imams et nous continuons à le faire. J'ajouterai que le Maroc a de très bonnes relations avec le Conseil supérieur des imams (Cosim) en Côte d'Ivoire.

Quels sont les critères pour bénéficier de cette formation d'imams à un islam tolérant ?

Les critères, je crois que premièrement, il faut avoir un niveau académique convenable, équivalent au baccalauréat, afin de pouvoir assimiler et suivre les études. Il faut être d'une certaine droiture, être des gens corrects, parce que quand vous formez quelqu'un, c'est lui qui va ensuite former les gens.

Le Maroc s'est développé sans ressources minières, à part le phosphate, quel est son secret ?

C'est la bonne gouvernance, c'est la volonté de Sa majesté le Roi, et tout le monde s'est mis au travail. C'est vrai qu'on a pas de pétrole, de gaz ; les principaux secteurs qu'on a sont l'agriculture, le tourisme, mais c'est la volonté, la bonne gouvernance, c'est la détermination. Quand vous êtes déterminé à atteindre un objectif, vous y arriverez. Sa majesté le Roi essaie maintenant de cibler les secteurs qui sont créateurs d'emplois, de richesses, parce que nous, on a ce qu'on appelle un capital humain. C'est ce que nous appelons au Maroc, le capital immatériel. C'est un capital qui n'est pas matériel, mais c'est un capital qui peut servir pour faire développer le pays, pour faire avancer le pays. Alors là, c'était une option de Sa majesté le Roi, le capital immatériel qui a permis aux gens d'ouvrir un grand débat et on s'est rendu compte que c'est grâce à ce capital immatériel qu'on a pu se développer.

Quel est le secret de la stabilité du Maroc?

Le secret de la stabilité du Maroc, c'est la royauté, la monarchie. La monarchie, c'est une institution historique qui est très ancienne au Maroc, et son objectif, c'est le bien- être du peuple marocain. Donc, si le Maroc fait l'exception du printemps arabe, c'est à cause de la monarchie. C'est la monarchie qui a essayé d’anticiper un petit peu sur ce qui se passe ailleurs, avec les réformes qu'on a. Ces réformes ont commencé sérieusement à partir de 1999, l'année de l'intronisation de Sa majesté, et le Maroc c'est un grand chantier. Il y a des autoroutes, des échangeurs, des hôtels. Dernièrement, nous avons eu la visite de Son excellence monsieur le président de la République, les membres de la délégation étaient stupéfaits : le nombre d'hôtels, les infrastructures, la propret ;;. Donc le secret de la stabilité, c'est la monarchie.

Entretien réalisé par H. ZIAO

Coll: Steeve AZO (Stg)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Hamadou Ziao

|

  • SOURCE: L'inter
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte