Microfinance en Côte d'Ivoire

Le ministre Adama Koné met fin à des rumeurs : « L'Unacoopec-Ci n'est pas à vendre »

Un plan de redressement annoncé
25/11/2016
Le ministre Adama Koné met fin à des rumeurs : « L'Unacoopec-Ci n'est pas à vendre »
Le ministre Adama Koné, entouré du Dg du Trésor, Assahoré Konan Jacques, et de la présidente du comité de suivi du redressement de l'Unacoopec-Ci, Mme Dao Gabala. (Photo : DR)
Le ministre auprès du Premier ministre chargé de l’Économie et des finances, Adama Koné, a eu une séance de travail, mardi 22 novembre 2016, avec l'ensemble des présidents des conseils d'administration (Pca) des 125 entités de base de l'Union nationale des Coopec de Côte d'Ivoire (Unacoopec-Ci).

A cette rencontre qui a eu lieu au 20ème étage de l'immeuble Sciam, à Abidjan-Plateau, le ministre a coupé court aux rumeurs faisant état d'un éventuel rachat de ce réseau de microfinances en Côte d'Ivoire. « L'Unacoopec-Ci n'est pas à vendre. Il n'en est rien », a-t-il tranché.

Le ministre, qui avait à ses côtés le directeur général du Trésor et de la comptabilité publique, Assahoré Konan Jacques, et la présidente du comité de suivi du redressement de l'Unacoopec-Ci, Mme Dao Gabala, a plutôt proposé une reconfiguration du réseau de cette microfinance. Un plan de redressement qui consisterait en la réduction du nombre de caisses de base à 15, contre 125 actuellement, tout en maintenant l’ensemble des points de vente ; la création d’une faîtière constituée sous forme de société anonyme ; la revue de la politique de crédit ainsi que la revue et l’adaptation des textes juridiques régissant le réseau à la nouvelle configuration. De façon pratique, Adama Koné a proposé un mode opératoire qui repose sur la mise sous administration provisoire des caisses de base ; la liquidation juridique et financière des caisses défaillantes ou fermées ; la mise en place d’un nouveau Système intégré de gestion (Sig).

S'agissant du financement du redressement, Adama Koné est favorable à la recapitalisation interne de l’Unacoopec-Ci, basée sur l’augmentation progressive de la part sociale sur 5 ans. Ce qui permettra, a-t-il soutenu, de mobiliser un minimum de 21 milliards de Fcfa, dont au moins 5 milliards de Fcfa en 2016.

L’État, selon le ministre, devrait participer à cette recapitalisation de l’institution de microfinance avec un apport d’au moins 10 milliards de Fcfa. A travers toutes ces mesures arrêtées, le ministre entérine ainsi, dans leur ensemble, les résolutions de l’Assemblée générale extraordinaire de l’Unacoopec-Ci, dont les grandes lignes ont été présentées par Pierre Digbeu, Pca de la Coopec de Duékoué. Au nom de ses pairs, il a remercié le ministre Adama Koné pour son implication dans le dénouement heureux de la crise qui a secoué cette microfinance, avec ses clients désormais ''soulagés par ce plan de redressement salvateur''.

L’institution comptait 656 569 clients/membres au 31 décembre 2016, soit 63% des bénéficiaires des services de la microfinance en Côte d’Ivoire. Elle a mobilisé à cette date 92,8 milliards de Fcfa d’épargne, soit 52,9% des dépôts collectés par le secteur, et a réalisé 40,6 milliards d’encours de crédit, soit 38,6% de l’ensemble des prêts octroyés par le secteur. L'Unacoopec-Ci connaît, malheureusement, depuis de longues années, de graves difficultés financières qui impactent négativement et fortement l’ensemble du secteur de la microfinance en Côte d’Ivoire, avec des fonds propres négatifs à hauteur de 20,2 milliards de Fcfa à fin 2013. Elle est depuis le 4 septembre 2013 sous administration provisoire encadrée par un comité de suivi.

Irène BATH

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Irene Bath

|

  • SOURCE: L'inter
Pétition LIBAN (2)

1 | 2

 

Videodrome