Agro-business :Monhévéa.com poursuit ses activités agricoles


09/01/2017 | | Commenter l'article
21231
Le groupe Agronomix, par le biais de sa filiale Monhévéa.com, est très bien représenté à Koriakro, et ce à travers des plantations clés en main. L’occasion nous a été donnée de le constater sur le terrain, mardi 3 janvier 2017, à travers notre bref séjour dans cette bourgade d’environ 1 500 âmes.

Koriakro est distant d’environ 27 kilomètres du district de Yamoussoukro, sur l’axe Yamoussoukro-Tiébissou. Pour y accéder, vous avez à parcourir une vingtaine de kilomètres de route bitumée et environ 7 kilomètres de piste. En cette période de forte sécheresse, c’est la poussière qui reste le compagnon le plus fidèle lorsque vous empruntez cette piste. Les taxis-brousse y règnent en maîtres des lieux. Partis de la gare à 14h, après une longue attente, un peu plus de 25 minutes après, nous voici à Koriakro. La première personne avec laquelle nous abordons la question relative aux plantations de Monhévéa.com nous apprend qu’il est interdit aux personnes étrangères de se rendre dans lesdites plantations.

A lire aussi: Crise dans l'agro-business/ Voici les 18 entreprises ciblées.

Elle nous oriente vers le domicile du chef du village, Nanan Kouamé Konan. Nous nous exécutons. Après la bénédiction et l’autorisation de l’autorité coutumière, nous faisons la connaissance de monsieur Koffi Goli, planteur d’anacarde, initiateur du projet Monhévéa.com à Koriakro. Ce dernier accepte de répondre à nos questions. « A la faveur de la construction du barrage de Kossou, nous avons été déguerpis. Depuis le lundi 1er mai 1971, nous nous trouvons sur le site actuel. A la demande des populations, l’État a aménagé le lac pour favoriser la culture des maraîchers. Nous avons démarré l’exploitation avec la société d’État dénommée Société pour le développement de la production des fruits et légumes (Sodefel). Nous avons bénéficié d’un prêt de 6 600 000 Fcfa avec intérêt. Après la récolte, nous avons remboursé l’intégralité de cette somme. Mais nous n'avons pas pu rentrer dans nos fonds. Les grossistes nous restent devoir la somme de 4 600 000 Fcfa sur les 12 000 000 de Fcfa. Toutes les démarches que nous avons menées pour percevoir le manque à gagner sont restées vaines. Le chef de l’Etat d’alors nous avait fait une promesse qui s’est volatilisée avec la crise de 2000 », a rappelé Koffi Goly.

Et de poursuivre que faute de moyens et gagnés par le découragement, le projet Sodefel a pris fin. Des opérateurs économiques du secteur privé ont tenté de le ressusciter, sans y parvenir. Dans l’attente, le District autonome de Yamoussoukro a fait son apparition.

Une cinquantaine d'hectares de cultures à Koriakro

Mais avec la lenteur que connaissait le dossier et l’expérience amère vécue avec la Sodefel, ces villageois ont fini par accepter le projet de Monhévéa.com après plusieurs tractations. « Monsieur Honoré Christophe Yapi (Pdg du groupe Agonomix, ndlr ) est sur le terrain. Le village n’a fait que lui céder des parcelles. Il travaille sur fonds propres. Aucun villageois n’est souscripteur à Monhévéa.com », a affirmé Koffi Goly, qui a précisé qu’une parcelle de 6 hectares a été cédée au District pour son projet. De son côté, le groupe Agronomix exploite une parcelle d'une cinquantaine d’hectares qui lui a été attribuée. Sur cette parcelle, on trouve de la tomate, du piment, des choux, des gombos…Des travailleurs que nous avons rencontrés ne nous diront pas le contraire. « Nous avons travaillé dans les plantations d'Agronomix comme des journaliers. Aujourd’hui, à cause de la sécheresse, nous sommes au repos. La société nous a toujours payés. Nous allons reprendre les travaux lorsqu'il y aura la pluie », ont déclaré Auguste et Lucien.

Un autre employé, plus chanceux, qui continue de travailler, se réjouit de la présence du groupe dans le village. Car, dira-t-il, grâce à ce groupe, il est à l’abri de la mendicité, étant entendu qu'il arrive à satisfaire ses besoins. Toutefois, il souhaite que le salaire soit revu à la hausse. Dans la même veine, Koffi Goly a également émis le vœu que l’usine de transformation de tomates dont la première pierre a été posée officiellement le 10 mai 2016, sorte enfin de terre pour le grand bonheur des populations de Koriakro. De sources concordantes, hier jeudi 05 janvier 2017, les employés hommes et femmes, tous joyeux, étaient à la tâche dans les plantations de Monhévéa.com.

Ce qui montre bien que les activités agricoles de cette structure se poursuivent sur le terrain. Faut-il souligner, la piste reliant le village au goudron, d’environ 6,5 kilomètres, a-t-on appris, a été reprofilé par le Pdg du groupe Agronomix, Honoré Christophe Yapi.

Patrice KOUAHO envoyé spécial à Koriakro

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: L'inter

EN CONTINU

Previous ◁ | ▷ Next

Articles de la même catégorie

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte