Production animale

La Sipra obtient 1,6 milliards de Fcfa de la Banque mondiale


13/06/2012
MM. Acka et Tanoh lors de la signature de la convention de financement le lundi 11 juin 2012 au Pullman.
La Société ivoirienne de productions animales (SIPRA) a un nouvel actionnaire de référence : la Société financière internationale (SFI), une filiale de la Banque mondiale. Les deux partenaires veulent faire de la Côte d'Ivoire un géant dans la production avicole.

La SFI vient d’investir 2,4 millions d’euros, près de 1,6 milliard de F CFA pour permettre à la SIPRA d'accroître ses activités. Cet investissement devrait soutenir le programme d’expansion de la société, créer des emplois et améliorer la sécurité alimentaire. Le lundi 11 juin 2012, lors de la cérémonie de signature de convention consacrant cette opération, Jean-Marie Ackah, président du Conseil d’administration de la SIPRA a indiqué que cet important financement sera utilisé « pour accroître la production de viande de volaille et d’œufs, multiplier les points de vente au détail, augmenter la production de poussins d’un jour et la capacité de l’usine de fabrication d’aliments de volaille ». En ligne de mire pour cette société déjà leader de la filière avicole ivoirienne, « la consolidation de son activité au plan local, en se rapprochant davantage des standards internationaux de production et l’accélération de son évolution vers le stade de groupe agroalimentaire régional de référence et diversifié dans des activités comportant de fortes synergies avec l’aviculture ». Cette perspective paraît s’intégrer parfaitement dans la vision de la SFI qui a fait du secteur de l’industrie agroalimentaire « une priorité stratégique essentielle ». Ainsi a soutenu, Thierry Tanoh, son Vice-président, « cet investissement de la SFI, a pour objectif d’aider le secteur de l’industrie agroalimentaire ouest- africain à devenir plus compétitif ». la société rachetée au groupe français Evialis par Jean-Marie Ackah, avec l’accompagnement financier du West Africa Growth Fund alors dirigé par le financier ivoirien Michel Abrogoua -, il y a 12 ans, est aujourd’hui, le leader de la filière avicole au sein de l’espace Uemoa avec ses différentes marques que sont Coqivoire, Ivograin et Ivoire poussins. Intégrée de l’amont à l’aval, cette entreprise achète à l’échelle de la Côte d’Ivoire seulement, des matières premières destinées à l’alimentation, à plus de 20 000 cultivateurs de céréales et vend des poussins d’un jour et des aliments pour volailles à plus de 2 000 aviculteurs. Ces bons résultats justifient que les deux partenaires aient convenu de mettre en œuvre un programme de développement des relations et une stratégie d’investissement communautaire destinés à intégrer les agriculteurs et les Pme agricoles locales au processus de production et de vente. Par ailleurs, les services- conseils de la SFI assisteront la Sipra dans la gouvernance d'entreprise, la maîtrise des normes environnementales et sociales ainsi que l'accroissement notamment de la productivité et de la capacité de sa chaîne d'approvisionnement. L’aviculture se présente comme une activité charnière. Notamment en Afrique à cause des défis croissants auxquels le continent se trouve confronté en terme de sécurité alimentaire. La SIPRA, selon Jean-Marie Ackah, entend, dans le prolongement du leadership économique régional de la Côte d’Ivoire, jouer sa partition pour faire de ce pays, un véritable grenier de la sous-région.

1 | 2