Côte d’Ivoire : Deux trafiquants arrêtés avec une grande quantité d’ivoire et de contrebande de produits faunique 


Ce lundi 08 mai 2017 aux environs de 16heures, deux trafiquants majeurs ont été mis aux arrêts lors d’une opération mixte de l’UCT (Unité de lutte contre la Criminalité Transnationale organisée), le Ministère des Eaux et Forêt et l’ONG EAGLE, spécialisée dans la lutte contre le trafic internationale d’espèces protégées.

Ils ont été pris en fragrant délit de  circulation, détention et commerce de trophées d’espèces protégées. Ce sont ainsi, 40.3kg d’ivoire bruts d’éléphants, 7 peaux de léopard, et 165 objets sculptés d’une valeur de près de 20 millions de FCFA qui ont été saisis lors de leur arrestation. Il s’agit de la première opération de lutte contre le trafic international de la faune en Cote d’Ivoire.

La collaboration tripartie entre Ministère des Eaux et Forêts, l’UCT (Unité de  lutte contre la Criminalité Transnationale organisée), et EAGLE-CI a montré son efficacité avec un résultat impressionnant. Suite à des enquêtes sur ce trafic, 2 trafiquants ont été appréhendés à Abidjan en possession d’une grande quantité de produits de contrebande, de l’ivoire et des peaux d’espèces protégées.

Malgré les lois nationales et internationales protégeant des espèces comme l’éléphant et les léopards, des individus appartenant à des réseaux organisés s’adonne à ce trafic. Le premier, de nationalité ivoirienne, âgé d’une quarantaine d’année, a appris à ces dépends que désormais la répression est en marche alors qu’il s’apprêtait à vendre illégalement 40 kg d’ivoire brut d’une valeur de 10 millions et 7 peaux de léopard représentant 5 millions de Fcfa dans le quartier de Treichville. Après, les équipes d’intervention ont mis le cap sur Cocody pour interpeller là encore un autre trafiquant qui avait en sa possession 165 objets sculptés d’une valeur de 3.885.000 Fcfa. Ensuite, ils ont été conduits au siège de l’UCT et mis en garde à vue. 

Ces présumés trafiquants sont impliqués dans un réseau international, ils faisaient passer en contrebande les ivoires d’éléphants à travers les frontières de la sous région, notamment le Burkina et le Mali, un simple appel téléphonique à leurs fournisseurs suffit pour que les ivoires soient embarqués pour Abidjan et c’est ensuite vendu ici ou à l’international

Ils seront déferrés au parquet à la fin de leur garde à vue. Selon la loi N65-255 du 04 aout 1965 relative à la protection de la faune et à l’exercice de la chasse ils risquent d’écoper de deux mois à 1 an d’emprisonnement et une amende allant jusqu’à 300.000 CFA.

Le commerce illégal des espèces sauvages est un crime organisé transnational qui représente 20 milliards de dollar. de profits illégaux chaque année dans le monde, il s’agit du 5ème commerce illégal le plus important dans le monde après la drogue, les armes, le blanchiment d’argent et le trafic d’être humain. Le trafic d’ivoire est également une source de financement pour des groupes terroristes comme Al-Shaabab, la LRA ou les Jenjawids, ce qui leur permet de continuer à déstabiliser des régions entières du Contient Africain. 

Abraham KOUASSI

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte