Plafonnement des prix des denrées : A 72 heures des sanctions

Des sanctions
Photo d'illustration

Dans le cadre de la lutte contre la vie chère, le gouvernement a décidé, le 25 juillet 2017, de plafonner les prix des denrées de grande consommation. Que dit cette mesure, quelles sanctions y sont attachées, quelle est la réalité du terrain, et qu'en pensent les commerçants et les populations, surtout les leaders d'associations des consommateurs… à 72 heures des sanctions ?

Des sanctions pécuniaires mais aussi des fermetures de magasins sont attachées au plafonnement des prix et marges du riz, du sucre, de la tomate concentrée, de l’huile de table et du ciment, sur une période de six mois. Une mesure imposée par le décret n°2017-467 du 12 juillet 2017. De fait, les contrevenants s'exposent à des amendes allant d’1 à 50 millions de francs Cfa. Pis, ils courent le risque de voir la saisie de leurs marchandises, et même la fermeture de magasin. Les commerçants ont jusqu'au 12 août à minuit, pour se mettre au diapason.

D'ailleurs, les 31 préfets représentant les 31 régions du pays, accompagnés des 31 Directeurs régionaux du commerce, de l’Artisanat et des Pme, ont été mis en mission par le ministre du Commerce, Souleymane Diarrassouba, le 26 juillet 2017, au cours d'une séance de travail, à Yamoussoukro. Celui-ci a fait observer que la question de la vie chère est une préoccupation récurrente, aussi bien pour les populations que pour le gouvernement. Aussi, à la fin de la rencontre, il a remis individuellement des lettres de mission à chaque préfet de région, en les invitant à prendre toutes les dispositions nécessaires, pour en assurer une large diffusion, et veiller à une application effective du décret.

Sur le sujet: Plafonnement des prix/ Comment le Gouvernement veut procéder

Cette décision a suscité des réactions, chez des commerçants et des consommateurs. «Ils ont fixé les prix homologués par l’Etat. Les commerçants vont suivre mais si d’aventure au niveau du marché international, il y a une fluctuation du prix du riz et du ciment - c’est fabriqué ici on le dit mais il y en a qui est importé - que fait le commerçant en ce moment ? Il importe ou il n’importe pas ? Et quand il n’importe pas, on tombe sous le coup de pénurie au niveau national. Donc, il faut s’attendre à cela puisque ces prix ont été fixés pour six mois », a souligné Farikou Soumahoro, président de la Fédération nationale des associations des commerçants de Côte d'Ivoire (Fenacci), le 26 juillet 2017.

S'il a marqué la disponibilité des commerçants à s'aligner sur cette mesure, il a toutefois invité le gouvernement à mettre en place des dispositifs fiscaux adaptés. Ce qui devrait permettre aux commerçants d’amortir l’impact des fluctuations constatées sur le marché international, et leur faciliter l’application de la mesure de plafonnement. Pour de nombreux Ivoiriens interrogés, cette mesure suscite espoir, à condition que son application soit effective. « On a donné jusqu'au 12 août aux commerçants pour appliquer la mesure. Le ministère du commerce dit qu'à compter du 13 août, les sanctions vont commencer à tomber. Donc, c'est à partir de cette date que nous allons commencer à investir les marchés pour faire les constats », a indiqué pour sa part, Soumahoro Ben N'faly, président de la Fédération ivoirienne des consommateurs ''Le réveil'' (Ficr) le 8 août 2017, au cours d'un entretien au téléphone.

 

Des prix n'ont pas bougé…

Les prix des denrées visées par cette mesure n'ont pas changé. C'est le constat que nous avons fait le 9 août 2017, sur des marchés, dans le district d'Abidjan. Le kilo du riz dénicachia (riz de grande consommation 25 % brisure) est à 300 F Cfa ; le litre d'huile se vend au prix de 1000 Fcfa ; le kilogramme de sucre roux et du sucre blanc, est à 700 et 800 F Cfa. C’est le même prix au marché de Marcory. Le prix du sac de 50 kg de riz semi luxe, varie d'un magasin à un autre, avec une majoration de 100 à 250 F Cfa. Quant à la tomate concentrée, le prix de la boite de 2 kg varie de 2000 à 3000 Fcfa, selon que le produit est local ou importé. Le bidon de 25 litres d'huile est à 22 500 Fcfa. Celui de 3 litres coûte 2 900 voire 3 000 Fcfa, d'un commerçant à un autre. Interrogé sur la cause des variations des prix des denrées sur le marché, en rapport avec les prix plafonnés par le gouvernement, certains commerçants affirment qu'ils attendent d’épuiser leur stock, avant de prendre acte des nouveaux prix. Rappelons que cette décision s’applique tant à la production qu’à la distribution. A tous les niveaux, lesdits produits font, selon le gouvernement, l’objet de pratiques spéculatives de la part des commerçants. La décision touche en premier lieu le riz. La Côte d'Ivoire importe par an, 1,2 million de tonnes. Les prix ne devraient pas excéder 15 350 FCfa pour le sac de 50 Kilogramme (Kg) pour le riz en provenance de la Birmanie (riz de grande consommation à un taux de brisure de 25%).

A relire: Plafonnement des prix/ La réalité sur le terrain

Pour la même catégorie et la même quantité, le riz venant du Pakistan est plafonné à   15 850 FCfa ; de Thaïlande à 15 850 FCfa, du Vietnam à 15 600 FCfa ; et de l’Inde à 16 600 FCfa. De même, le sac de 50 Kg du riz semi luxe (5% de brisure) en provenance de la Thaïlande, est plafonné à 17 350 FCfa pour l’ancienne récolte, et 19 100 FCfa pour la nouvelle récolte. Ceux de la même catégorie et de la même quantité sont à 18 850 FCfa en provenance du Vietnam ; 18 600 FCfa (Inde) et 18 850 FCFA (Pakistan). Quant au riz 100% brisure, le prix du sac de 50 Kg, en provenance de la Thaïlande, est de 19 600 FCFA. Ceux de la même catégorie en provenance de l’Inde et le Vietnam, sont respectivement de 16 850 FCfa et 18 850 FCfa.

En ce qui concerne le sac de 50 Kg du riz Parbole thaïlandais, il ne doit pas être vendu, au delà de 18 850 FCFA et 19 850 FCfa pour la même qualité en provenance de l’Inde. Des tarifs applicables à Abidjan et dans un périmètre de 100 Kilomètres. Pour ce qui est du sucre granulé blanc le prix ne doit pas dépasser 700 FCfa au détail et 35000 FCfa le sac de 50Kg chez les demi-grossistes. Pour le sucre granulé roux, le prix maximum est de 650 FCfa pour la même quantité au détail, et 32500 FCfa demi-grossiste.

 

Tomate concentrée, huile, ciment

Pour le kilogramme de sucre morceau blanc, le prix plafond est de 850 FCfa au détail, et de 21250 FCfa chez le demi-grossiste. Quant au sucre sachet blanc et roux, les prix plafond sont respectivement de 750 FCfa et 700 FCfa au détail, et 18 750 FCfa et 17 500 FCfa chez le demi-grossiste. Pour ce qui est de la tomate concentrée à 26%, cette mesure impose que la boîte de 2 Kg ne soit pas vendue à Abidjan et dans un rayon de 100 km, au-delà de 1900 FCfa pour la tomate produite en Côte d’Ivoire. Le prix est de 450 FCfa pour 370g, et 100 FCfa pour le sachet de 70g. Le prix au détail de la tomate concentrée (28 à 30%) en provenance de la Chine, la Tunisie et la Malaisie, est de 2000 FCfa pour la boîte de 2,2 Kg, 450 pour la boîte de 400g, 250 FCfa (210g), 100 FCfa le sachet de 70g et 75FCfa celui de 56g.

Au-delà du district d’Abidjan et un rayon de 100 mètres, les prix plafonds au détail de tous les produits susmentionnés, sont pratiquement les mêmes avec, toutefois, des différentiels transports de 5 FCfa maximum supplémentaire par rayon de 100 mètres, au fur et à mesure qu’on s’éloigne d’Abidjan. Quant à l’huile raffinée, le prix du bidon de 25 litres ne doit pas dépasser 20 000 FCfa à Abidjan et dans un rayon de 100 Km. Il est plafonné à 16 800 FCfa pour le bidon de 20 litres, 8500 FCfa pour les 10litres, 4500 FCfa pour les 5 litres, 2800 FCfa les 3 litres et 900 FCfa le litre. Enfin, le prix plafond du sac de ciment Cpj 32.5 à Abidjan et San Pedro et dans un rayon de 100 Km, est de 4500 FCfa soit 90 000 FCfa la tonne. Et le ciment Cpj 42.5 est à 4700 FCfa soit 94 000 FCfa la tonne à Abidjan, et de 4800 FCfa soit 96 000 FCfa, la tonne à San Pedro.

 

Jonas BAIKEH

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte