Manque d’infrastructures, eau, courant, route…

Téhini, un département coupé du monde


20/06/2012
Situé dans la région du Boukany dans le nord de la Côte d'Ivoire, Téhini a été érigé en chef-lieu de circonscription en 1961, puis en chef-lieu de département par décret depuis le 26 décembre 2009. Le département de Téhini, distant d’Abidjan de 696 km et de Bouna son chef-lieu de région de 87 km, est totalement coupé du monde.

Pas d'infrastructure, pas d'administration publique, pas de route, pas d'eau et de courant. Il croule sous le poids d’énormes difficultés. Le transport est assuré par de petits réseaux de transporteurs particuliers. C'est une fois par jour, voire une fois par semaine que quelques rares véhicules, assurant la liaison Bouna-Téhini-Ferké-Kong, passent par cette ville. La raison principale de la rareté des véhicules, c'est l'état des routes qui laisse à désirer. Les routes menant à Téhini sont impraticables. Rallier ce département par la route relève d'un véritable parcours du combattant. Au niveau économique, les populations tirent essentiel de leurs revenus de la culture de l'anacarde. Le commerce est réglementé par une foire hebdomadaire traditionnelle appelée ''jour de marché''. Sa proximité avec le Burkina Faso favorise les percées des trafiquants et autres produits non autorisés à Téhini. La seule résidence du sous-préfet est partagée par les 3 responsables administratifs que sont le préfet, le secrétaire général de préfecture et le sous-préfet. Ces représentants du chef de l'Etat partagent également le même bâtiment administratif. La gendarmerie, les eaux et forêts attendent d'être équipés en matériel roulant et de bureau. Le trésor, la mairie, la poste, les habitations des instituteurs, la gendarmerie etc, portent encore les stigmates de la crise post-électorale. L'éducation, la santé, l'adduction en eau potable, la communication présentent aussi un bien triste visage. Seulement 3 structures sanitaires et 2 groupes scolaires pour tout le département de Téhini. Il faut le dire, Téhini est un véritable cas social sur lequel le gouvernement doit se pencher urgemment.

Franck Souhoné

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2