Affaire les cerveaux du trafic de tecks arrêtés

Des industriels du bois dénoncent une manipulation


21/06/2012
La traque des fossoyeurs de la forêt ivoirienne par le ministre des Eaux et Forêts, Clément Nabo, suscite des grincements de dents (Ph. DR)
Notre article intitulé : «Affaire 40 containers de bois de teck saisis à Yopougon ; Les cerveaux du trafic déférés devant le parquet...», publié dans ''L'inter'' du lundi 18 juin 2012 a suscité diverses réactions. Grâce aux langues qui se délient autour du trafic du bois de teck et de Vêne en Côte d'Ivoire, on en sait un peut plus sur le rôle joué par les deux prévenus que sont Wan Yaho (ressortissant chinois) et Khaleb (de nationalité syro-burkinabé), et qui ont été arrêtés par la Police criminelle la semaine dernière.

Selon des industriels du bois qui nous ont approchés, Wan Yaho qui est dans le trafic de bois depuis des années, résidait en Côte d'Ivoire lorsqu'a éclaté la crise post-électorale. C'est ainsi que, selon eux, il s'est réfugié momentanément au Burkina Faso.

Mais avec la normalité qui se dessine en Côte d'Ivoire et surtout le changement de régime, celui-ci est revenu avec son partenaire Khaleb, il y a juste une dizaine de jours pour se renseigner sur les nouvelles dispositions en vigueur au niveau du ministère des Eaux et Forêts relativement au ramassage du bois de Vêne. ''Khaleb et Wan n'ont rien à voir avec les 40 containers de teck saisis en Zone industrielle de Yopougon.

Des esprits malins ont tenté de manipuler l'opinion nationale en faisant un lien entre leur présence et ces bois de teck à Yopougon. C'est immoral ! Le bois de Vêne étant interdit d'exploitation au-dessus du 8ème parallèle, seul le ministre peut donner une autorisation de ramassage. C'est justement pour en savoir davantage sur ces nouvelles mesures que les deux partenaires sont arrivés en Côte d'Ivoire.

Mais, manifestement, ils ont été piégés par des mains obscures'', a confié notre interlocuteur, qui a préféré garder l'anonymat. Poursuivant, celui-ci a indiqué que Khaleb ne se reprochant rien dans le secteur de la commercialisation du bois, il est venu à Abidjan en compagnie de sa fille. ''Comment comprendre qu'un présumé trafiquant de bois puisse voyager avec sa famille ? Or, Khaleb a été arrêté en compagnie de sa fille de 8 ans qui fréquente au Burkina Faso. Quand on l'a arrêté, il s'est senti obligé de confier sa fille à son avocat en vue de la ramener au pays'', a révélé, notamment, la même source qui a voulu ainsi éclairer l'opinion sur un délit dont les accusés, selon lui, sont loin d'être les auteurs.

De ce qui précède, il ressort que l'affaire des 40 containers de bois de teck saisis dans la commune de Yopougon n'a pas encore fini de livrer ses secrets. Et que seule la justice pourra éclairer les Ivoiriens.

G. DE GNAMIEN

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

G de Gnamien

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2