Douanes ivoiriennes : Pourquoi les agents sont en grève, ce qui s’est passé à Bouaké, Yamoussoukro et Abidjan


Les douaniers ivoiriens ont déserté leurs postes pour réclamer la satisfaction d'une série de revendications

Les agents de douanes membres du Renouveau syndicale des douanes de Cote d'Ivoire (Rsdci) ont entamé, depuis hier mardi, une grève de 48 heures pour disent-ils porter à leur hiérarchie la résolution d'un certains nombres de revendications contenues dans un préavis dont nous avions reçu copie.

A Bouaké, cette grève a été largement suivie.

Selon Coulibaly, Secrétaire chargé à l'information et à la formation dudit syndicat dans la capitale du Gbêkê, l’arrêt de travail observé est motivé par la non application de certaines préoccupations bien connues de la hiérarchie. Entres autres la mise en place d'un comité Ad’hoc pour le renouvellement des instances de la Mutuelle des Douanes de Côte d'Ivoire (MUDCI); l'audit financier de la gestion de ladite mutuelle; un comité de suivi pour la gestion T.S, le paiement de primes du premier trimestre 2015 de quelques 2000 agents issus de la promotion Général Issa Coulibaly recrutés en 2014 ainsi que la revalorisation de la prime due aux agents.

Notons qu'aucune autorité douanière n'a voulu se prononcer sur cette ènième grève des agents. A Bouaké, les locaux abritant l'administration douanière ainsi que les différents corridors de la ville ont été tous désertés par les soldats de l'économie dans la journée d'hier.

La même ambiance a prévalu à Yamoussoukro. Dans la capitale politique ivoirienne, les agents ont signé absents à leurs postes.  C’est le constat fait aussi bien sur les corridors qu’à la direction des services extérieurs. Le portail presque fermé exprime bien l’ambiance morose qui y règne. Un sergent de la Douane, trouvé sur place, donne des nouvelles. « Nous sommes tous en grève. Les agents que vous avez vus au poste sont là pour assurer le service minimum », confie-t-il. L’homme en tenue ajoute que Yamoussoukro attend du renfort de Korhogo et de Bouaké pour prêter mains fortes à Abidjan dans les jours à venir leurs revendications ne sont pas prises en compte.

Si tout semblait se dérouler dans le calme partout ailleurs, dans la capitale économique ivoirienne, la grève a été quelque peu mouvementée. Des agents ont été interpellés au Port autonome d’Abidjan. Au nombre de cinq, il s’agit de Yéo Dodjomon, de Diarrassouba Adama, de Issiaka Bakayoko, de Ouattara Affoussiatou et de Koné Matigui.

La journée de ce mercredi s’annonce comme l’apothéose de cette grève qui pourrait coûter énormément à l’économie ivoirienne. Rappelons qu’une grève préventive avait déjà été observée le 24 juillet 2017 par les agents de ce même service.

F.D.BONY

Infos : Simon DEBAMELA, à Bouaké et Patrice Kouaho à Yamoussoukro

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte