Annexe fiscale 2018 : Le Patronat appelle à sa suspension « pure et simple »


Ph DR

Après les associations de commerçants et autres acteurs de l’économie nationale, c’est la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci) qui a donné sa position concernant la nouvelle annexe fiscale 2018.

Dans une déclaration signée de son président, Jean-Marie Ackah et dont nous avons pris connaissance, la Cgeci a réagi à la nouvelle annexe fiscale à la loi de finances 2018 qui, depuis son entrée en vigueur, est l’objet de nombreuses plaintes. S’il a relevé les dangers des dispositions fiscales contenues dans cette annexe sur le développement des entreprises et l’économie nationale en général, M. Ackah s’est réjoui de la décision du président de la République Alassane Ouattara d’instaurer une plateforme de concertation entre le secteur privé et l’autorité fiscale à cet effet.

A lire aussi: Annexe fiscale 2018 : Les éclaircissements du Dg des Impôts

Aussi, a-t-il proposé, en attendant les résultats de cette concertation, « la suspension pure et simple de l’annexe fiscale la loi de finances 2018. ». Laquelle, a argumenté M. Akcah devrait permettre d’apaiser le climat qui prévaut entre le secteur privé et l’administration fiscale depuis la publication du document. « Par ailleurs, la Cgeci propose le mardi 30 janvier 2018 comme date de démarrage des échanges entre la Direction générale des impôts et la Cgeci sur l’ensemble des préoccupations du secteur privé », lit-on dans la déclaration.

 

Alassane SANOU

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Alassane SANOU

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Shutterstock.com INT
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte