Le responsable juridique de Qnet : « Nous contribuons au bien-être et offrons des opportunités d’affaires aux populations »

« Qnet n’est pas basé sur un système pyramidal »
Ph DR

En proie continuellement à des préjugés dûs à la méconnaissance de leur activité, Timothy J. Harney, le responsable des relations juridiques de Qnet et Dr Fofana, représentant la franchise ivoirienne de Qnet ont animé une conférence de presse lundi 12 mars au Novotel Plateau pour expliquer la raison sociale de la marque.

Expliquant l’objet de sa visite en Côte d’Ivoire, Timothy J. Harney, le responsable des relations juridiques de Qnet a dit séjourner à Abidjan pour expliquer à nouveau à la presse les activités réelles de la firme non sans donner sa position sur les rumeurs créant une psychose au sein des adhérents. À l’en croire, le socle de leur activité repose sur la vente directe ou encore marketing de réseau. Un système qui, confie-t-il est né il y a de cela plus d’une centaine d’années dans le monde mais qui a été exploité par la marque il y a seulement une vingtaine d’années. « Qnet existe depuis une vingtaine d’années et la vente directe totalise plus de 150 ans d’existence », a-t-il expliqué.

 

Comprendre la vente directe et le marketing de réseau

Selon le conférencier, la vente directe et le marketing de réseau sont un système traditionnel de vente ‘’au corps à corps’’ sauf que dans leur cas, la plupart de leurs ventes se font en ligne. « Nous donnons l’opportunité aux entreprises de vendre directement leurs produits aux clients. À ce titre, nous contribuons au bien-être et offrons des opportunités d'affaires et d’emplois aux populations. La vente directe a plusieurs associations dans le monde dont en Malaisie, Indonésie, Thaïlande, à Dubaï…Nous sommes donc très fiers de faire partie de ce genre d’industries qui existent partout dans le monde », a traduit l’avocat.

À lire cet article : QNET désormais sponsor de la Ligue des Champions, la Coupe des Confédérations et la Supercoupe CAF Total

À propos des produits que vend la firme, Timothy J. Harney apprend qu’ils sont de divers types. De l’éducation à travers le E-learning en passant par les produits de santé et bien-être, de beauté, l’horlogerie et le sport, les clients ont une panoplie de choix à faire. Loin de faire la publicité de ces produits, c’est plutôt le ‘’bouche à oreille’’ qui est privilégié d’où la vente en réseau. « Nous donnons en plus l’opportunité à ceux qui achètent nos produits d’être des commerciaux ou des entrepreneurs. Le fondement de tout ce système est basé sur le ‘’bouche à oreille’’ parce que nos produits sont uniques et ne se retrouvent nulle part ailleurs que dans notre réseau. De surcroit, c’est un business qui existe depuis longtemps », a dévoilé le responsable des relations juridiques.

 

« Nous ne sommes pas basé sur un système pyramidal »

Sur cette question à lui posée par les journalistes, l’Homme de droit a répondu que leur activité n’est aucunement basée sur un système pyramidal. « Nous ne sommes pas basé sur un système pyramidal. D’ailleurs, toutes les entreprises basées sur un tel système ne peuvent pas durer jusqu’à 20 ans », a-t-il défendu. Pour lui, il est clair, ce sont des personnes de mauvaises intentions qui s’adonnent à une communication contraire aux normes de la marque rien que pour la voir discréditer auprès des gouvernements et des populations. « Nous avons plus de 300 produits. Nous ne soutenons pas ces personnes qui font du faux sur notre nom », s’est-il indigné.

Lire aussi : Éducation : Le Swiss eLearning Institute, une plateforme pour poursuivre les études en ligne

Cette désinformation, a confié Timothy J. Harney, est traquée par le service juridique et la police de la marque. Et pour lui, les responsables de telles campagnes vont payer le lourd tribu de leurs actes. « Nous utilisons notre police pour traquer au quotidien les personnes de mauvaise foi et en ce sens nous sommes en étroite collaboration avec les autorités des pays dans lesquels nous sommes implantés. Même en notre sein, nous avons un département chargé de veiller à ce que les activités de nos représentants indépendants cadrent avec la philosophie du groupe », a-t-il expliqué.

 

Entre innovation, défis et challenges

Confrontée régulièrement aux défis et challenges à relever, la firme sponsor de Manchester City dit passer à l’action pour offrir le bien-être aux populations. Et ce au travers d’une répartition de revenus, commissions et autres actions sociales. « Les produits que nous vendons peuvent améliorer l’état de santé des personnes. En plus, elles peuvent gagner des commissions et développer leurs propres business. Pour dire que non seulement nos produits contribuent au bien-être mais aussi permettent à l’acheteur de gagner de l’intérêt et le repartir à sa communauté ».

À lire aussi cet article : Expo « Vie Absolue » à Abidjan : Plus de 10 000 visiteurs découvrent les produits de Qnet

C’est pourquoi, argumente le responsable des relations juridiques de la firme, loin d’être découragé par les controverses et autres préjugés à leur encontre, la hiérarchie du groupe œuvre constamment à apporter des innovations permettant aux membres du réseau de développer l’entreprenariat. « Les controverses sont une réalité dans le monde. Toute compagnie de plus de 20 ans a des hauts et des bas et à ce titre nous avons des challenges et défis à relever. Nous devons relever le défi d’améliorer nos services et nous assurer que nous restons les plus forts », a-t-il dévoilé.

Toutefois, a expliqué Timothy J. Harney, pour y arriver, des vertus et valeurs sont à cultiver. 

 

Philip KLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Philip Kla

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte