Divulgation du numérique : Comment l’Ansut travaille à vulgariser le digital en Côte d’Ivoire, un fonds de 500 millions en place pour les jeunes


Le directeur général de l'Ansut, Euloge Soro Kipeya, a annoncé un fonds de 500 millions pour la jeunesse numérique en Côte d'Ivoire

 L'Agence nationale du service universel des télécounication a organisée la deuxième tribune de son ''Afterwork numérique'' le vendredi 27 juillet 2018, à son siège, à Abidjan. Les débats ont révélé ses actions pour la divulgation du numérique en Côte d'Ivoire.

Dans sa volonté de vulgariser l’usage du numérique au maximum en Côte d’Ivoire, la direction l’Agence Nationale du Service Universel des Télécommunications –TIC (ANSUT) a organisé le vendredi 27 juillet 2018, la 2ème édition de sa tribune dénommée ’’Ansut afterwork numérique’’. Cette tribune d’échanges d’échange par excellence qui s’inscrit dans la dynamique de rapprocher des populations, les solutions numériques et de partager avec elles, les acquis en termes de développement des TIC, a réuni des personnes ressources dans le domaine autour du thème : ‘’L’impact l’innovation numérique sur les défis majeurs des économies africaines’’. Il s’est agi de Habib Bamba, Directeur de la transformation, du digital et des médias dans une grande compagnie de téléphonie de la place, mais aussi de Mlle. Raïssa Banhoro, Analyste Programmeur, Lauréate du prix RFI ‘’challenge APP 2017’’, avec l’application d’alphabétisation LUCIE). Ces deux experts étaient les invités du directeur général de l’Ansut, M. Euloge Kipeya Soro, qui a situé d’entrée les participants sur les activités et les objectifs poursuivis par son agence.

L’Ansut, a expliqué son directeur, est dans une démarche au cœur de laquelle se trouve le citoyen. Le but poursuivi est la création d’une « citoyenneté numérique ». Il s’agit, a indiqué M. Soro Kipeya, d’éveiller la conscience du plus grand nombre et de valoriser les acquis de l’Ansut en TIC. Son agence n’ayant pas la vocation de faire du bénéfice, sa mission, a-t-il partagé, est d’être un « catalyseur » pour mener le plus grand nombre, en particulier les jeunes à intégrer les Tic. « Il s’agit de faire en sorte que tous puissent comprendre que les Tics sont à la portée de tous. C’est une opportunité accessible à tous. Nous créons les conditions ».

M. Soro Kipeya a indiqué, à cet effet, les stratégies mises en place pour atteindre cet objectif. Il inscrit l’Etat au cœur de son dispositif afin d’attirer l’ensemble du public, entreprises comme individus, à intégrer l’usage des Tics dans leurs habitudes. « Nous voulons faire en sorte que l’Etat devienne un utilisateur de ces outils modernes. Si l’Etat se positionne lui-même comme une entité, il va tirer vers le haut l’ensemble des entreprises et des individus. Car, tous autant que nous sommes, individus comme entreprises, nous sommes appelés à traiter avec l’Etat. C’est une approche pour imposer le numérique dans toutes les transactions ».

Dans un second volet développé par son directeur, l’Ansut travaille avec les acteurs et les experts de chaque secteur afin de les amener à appréhender et à s’accoutumer à l’usage des Tics comme un outil de performance dans leurs habitudes. « Il s’agit de faire connaître, mais surtout de faire consommer les applications». L’Ansut, à ce propos, intervient selon son premier responsable, comme un facilitateur. Car, souligne-t-il, elle n’a pas la prétention de transformer à elle seule toute la Côte d’Ivoire au digital. « Elle œuvre avec d’autres acteurs sur des besoins déjà identifiés ».

Avec ses invités du jour, Soro Euloge a présenté tous les bienfaits de la digitalisation. Il a développé les réelles opportunités qu’offre le numérique pour les entreprises. Celles-ci pouvant se développer, ambitionner des places de leader dans le monde en élargissant leur marché. Toute choses qui ne qu’avoir de l’impact sur l’Ansut qui en profite pour étendre son champs d’intervention dans une inter-corrélation pour entrevoir ensemble le développement harmonieux.

Au passage, le directeur de l’Agence a fait un clin d’œil à la ‘’Fondation jeunesse numérique’’, une structure créée pour booster l’usage du numérique par les jeunes et dotée pour le moment d’un fonds de 500 millions de f Cfa.

L’ANSUT Afterwork Numérique, faut-il le souligner, est un événement qui se déroule chaque trimestre, dans une ambiance plutôt conviviale et décontractée, pendant 2h en présence de 150 participants, avec 3 panélistes et un modérateur. Tous interviennent sur des thèmes spécifiques en rapport avec les activités, les programmes et projets du numérique en Côte d’Ivoire. Après avril 2018, l’édition du vendredi 27 juillet 2018, a été le deuxième rendez-vous.

 

F.D.BONY

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte