Sassandra : Des éclaircissements sur le financement des projets du Débarcadère et du Marché Central


La mobilisation des ressources pour le financement des projets d’aménagement du site du débarcadère de Sassandra et de la construction du marché central de la commune vont bon train.

Le Japon à travers l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica) a en effet fait don à la Côte d’Ivoire d’une enveloppe de 268 millions de Yen soit quelques 1,516 milliards de F Cfa pour le financement de ces deux projets. Le vendredi 19 octobre 2018, la signature de l’avenant de l’accord du don a eu lieu entre le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné et le représentant résident de la Jica, Ilmura Tsutomu à l’occasion d’une cérémonie organisée à cet effet.

A relire: Aide au développement : Ce que relève un rapport sur la transparence des organisations de développement

Initialement estimé à 15,372 milliards de F Cfa pour la prise en charge des études et des travaux, les ressources mobilisées pour le financement de ce projet passent ainsi à 16,888 milliards de F Cfa avec ce montant additionnel. En effet, a expliqué le ministre, le gouvernement japonais à la demande de l’Etat ivoirien a accru le montant de l’enveloppe allouée au financement des projets de 1,516 milliards de F Cfa. Lesquels devraient permettre de répondre à certaines difficultés rencontrées notamment dans l’exploitation du site de construction du marché. « Ce qui porte à 2,985 milliards de Yen, soit environ 16,888 milliards FCFA le montant global dégagé par le Japon pour le financement de cet important projet », a fait savoir l’argentier ivoirien.

Pour sa part, Ilmura Tsutomu a relevé l’opportunité de ce don « exceptionnel » qui devrait, dira t-il, accélérer la réalisation des travaux restant pour une livraison rapide de l’infrastructure. « Grâce à cette signature, je suis convaincu que les travaux restants seront davantage accélérés pour que le marché central soit mis en service comme il faut, avant mars 2019. (…) Ce don complémentaire constitue donc une exception des exceptions de la modalité de coopération japonaise grâce à la meilleure compréhension des contribuables japonais », a-t-il souligné.

Alassane SANOU

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte