Economie nationale : Le Fmi présente ses perspectives sur la situation de la Côte d’Ivoire


Le representant pays du Fmi, Photo d'archives

Le Fonds monétaire international a présenté le jeudi 13 décembre 2018 les perspectives économiques régionales pour le mois d’octobre. A l’occasion d’une cérémonie qui a eu lieu à la primature au plateau, Dominique Desruelles et José Gijon, respectivement Directeur adjoint du département Afrique et représentant résident de l’institution ont présenté les tendances des économies de la région et indiqué les perspectives qu’i s’en dégagent.

Si l’environnement extérieur s’est avéré moins favorable, les conditions financières s’étant durcies avec notamment une hausse des taux d’intérêt des sorties de capitaux, les perspectives régionales se trouvent toutefois positives au regard des résultats des études effectuées par l’institution. Ainsi, les experts de l’institution annoncent une croissance soutenue dans les pays pauvres en ressources naturelles et une reprise modérée dans les autres. Laquelle croissance, ont-ils souligné sera principalement tirée par les pays exportateurs de pétrole. Au chapitre des enjeux, le rapport indique une réduction des vulnérabilités liées à la dette publique, celle-ci détournant davantage de ressources vers les paiements d’intérêt « et il est de plus en plus difficile pour les pays de s'acquitter de leurs obligations ».

Le rapport a également recommandé l’ajustement adapté, ceux-ci étant plus tournés vers la compression des dépenses que sur la mobilisation des recettes. L’approfondissement de l’intégration financière avec le reste du monde avec une hausse moyenne de 4 milliards de F Cfa supplémentaires par an implique par ailleurs une meilleure gestion des flux de capitaux selon le document. Le Fonds y soulève également la question de l’accroissement des revenus et la création d’emplois. Pour le cas spécifique de la Côte d’Ivoire, M. Gijon a salué la reprise quasi systématique du pays après chaque crise en l’occurrence la dévaluation et la crise socio-politique de 2010-2011 due à la productivité et au facteur capital du pays. Toutefois, le pays reste actuellement confronté à de nouveaux principaux défis notamment une plus grande mobilisation des recettes budgétaires, à l’instar des pays de la région pour le financement des ambitieuses politiques de développement. En effet, ont fait remarquer les responsables du Fmi, la Côte d’Ivoire n’a pas enregistré de véritable évolution sur ce point depuis 1995. A l’en croire, la mobilisation des recettes doit être améliorée en optimisant la distribution desdites recettes, en équilibrant l’imposition autant sur les activités intérieures qu’extérieures.

A les en croire, l’imposition actuelle se veut essentiellement centrée sur les activités extérieures qui elles sont soumises à des facteurs non maitrisables. Autant de points sur lesquels s’est accordé le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné. Selon le représentant du premier ministre, la Côte d’Ivoire consciente de ces défis a déjà entamé des réformes visant à y répondre. Il en a voulu pour preuve la diversification de l’économie nationale, la mobilisation de plus de 2 200 milliards de dépenses pro pauvres prévue en 2018, l’instauration des filets sociaux, l’électrification de plus de plus de la moitié des villages, la vulgarisation du numérique dans le paiement des impôts, la maitrise de la dette… Des actions qui visent non seulement à rendre inclusive la croissance mais également à adresser les questions de développement.

Présent à la cérémonie, le directeur pays de la Banque mondiale, Pierre Laporte a lui aussi relevé la pertinence des analyses effectuées dans le cadre de ce rapport. Lesquelles analyses correspondent « plus ou moins » à celles publiées récemment par son institution. Il a d’ailleurs assuré d’une prochaine réflexion sur la classification de la Côte d’Ivoire en tant que pays « fragile » au vu de certains indicateurs.

Alassane SANOU

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte