Annexe fiscale 2019: Des acteurs de la vie économique ivoirienne divisés


L'annexe fiscale est un document qui est annexé au budget de l'État. Il présente les principales mesures fiscales qui ont des impacts sur le fonctionnement des entreprises. Ce document comporte un certain nombre de dispositions fiscales. Il s'agit de taxes et impôts qui sont à la charge des entreprises et des personnes.

À l'issue de la traditionnelle cérémonie de présentation de l'annexe fiscale 2019, des acteurs de la vie économique ivoirienne ont donné leurs points de vue sur le document.

Dominique Taty (président de la Commission juridique et fiscale de la Cgeci) :

« Certaines dispositions ont été améliorées... »

L'annexe fiscale 2019, contrairement à l'annexe fiscale 2018, a été au cœur des concertations entre le gouvernement, à travers le secrétariat d'État, et le secteur privé, avec à sa tête la Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (Cgeci). Ce qui a permis au secteur privé de présenter ses observations de manière à ce que certaines dispositions soient améliorées au profit des entreprises.

Jean-Marie Ackah (Président de la Cgeci) :

« Nous sommes en discussion avec le gouvernement... »

Nous retrouvons à travers cette annexe fiscale, des points favorables au secteur privé, donc des points d'amélioration. Ce n'est pas une surprise, puisque nous avons participé aux échanges. C'est une annexe fiscale consensuelle qui n'apporte pas de grands changements dans le dispositif fiscal de la Côte d'Ivoire. Nous sommes en discussion avec le gouvernement pour des reformes plus profondes. Donc cette annexe fiscale peut être considérée comme une annexe de transition. Nous étudions avec le gouvernement de mesures de fond qui pourraient être prises en compte dans une réforme.

Koné Drissa (président de l'Ordre des experts comptables) :

« ...il n'y a pas de tension... »

Ce que je note relativement à l'annexe fiscale 2019, c'est qu'il n'y a pas de tension, parce que l'annexe fiscale s'est faite dans un cadre concerté où l'ensemble des acteurs se sont parlé. C'est extrêmement important. Je pense que de manière progressive, la fiscalité de la Côte d'Ivoire se modernise, puisque nous sommes dans la télédéclaration, dans le télépaiement et même la télétransmission des états financiers. Ça signifie que la fiscalité se modernise. Avec l'annexe fiscale 2019, nous sommes sur la bonne voie qui nous conduira vers la réforme fiscale. Ce que nous appelons la fiscalité de développement qui permettra à la Côte d'Ivoire de faire des projections dans le moyen et long terme.

Cissé Ladji Brahima (Président du Réseau ivoirien des juristes d'affaire, Rijaf) :

« Des accords trouvés sur un certain nombre de mesures »

Il y a eu une grande avancée de l'annexe fiscale 2019 par rapport à l'unité de vue dans le cadre de l'adoption de cette annexe fiscale. On se réjouit que cette fois-ci, l'administration ivoirienne fiscale a pu échanger avec le secteur privé pour s'accorder sur un certain nombre de mesures qui vont, de façon globale, dans le sens souhaité par le secteur privé.

Dr Diomandé Moussa (1er Vice-président de la Fipme) :

« Des points n'ont pas été pris en compte dans l'annexe fiscale 2019 »

Les Petites et moyennes entreprises (Pme) ont fait des propositions au gouvernement au cours de la préparation de l'annexe fiscale 2019. Nous pensons que ces points n'ont pas été pris en compte dans l'annexe fiscale. Je parle de l'Imf (Impôt minimum forfaitaire) qu'on a demandé de supprimer. Nous parlons également de la manière de reconstituer le chiffre d'affaires, puisque nous avons des secteurs d'activité qui font du placement du personnel pour le compte de l’État. Il y a aussi les impôts qui sont assis sur le chiffre d'affaires, alors que cela devait se faire sur la marge. Nous avons demandé de revoir tous ces éléments.

Irène BATH

Irene Bath

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte