Télécommunication en Côte d'Ivoire : 149 ex-agents de Koz et Green’N toujours au chômage

Leurs droits partiellement liquidés
Des Dg de structures sous tutelle épinglés
Télécommunication en Côte d'Ivoire : 149 ex-agents de Koz et Green’N toujours au chômage
Claude Isaac Dé a été mis au courant des problèmes dans le secteur

149 ex-agents des défuntes sociétés de téléphonie mobile Comium (Koz) et de Green’N sont toujours au chômage, a fait observer Arsène Akobé, secrétaire général du Synapostel, le jeudi 17 janvier 2019, à Marcory-Anomabo. Il a dénoncé cette situation, à l’occasion de la cérémonie de présentation des vœux des agents du ministère de l’Économie numérique et de la Poste ainsi que des sociétés du secteur numérique à leur ministre, Claude Isaac Dé.

M. Akobé s’est d'ailleurs offusqué que les droits de ces déflattés soient partiellement liquidés. « M. le ministre, je voudrais juste vous tenir informé d’une injustice qui a été commise à l’endroit des ex-salariés de Green’N Côte d’Ivoire et de Comium sur la question du quatrième opérateur. Certes, le dossier est clos mais, il demeure une préoccupation réelle. Pis, la liquidation de leurs droits n’ayant été faite que partiellement », a-t-il souligné.

Pis, Arsène Akobé s’est plaint de harcèlement dans le secteur, au mépris des dispositions légales contenues dans le code du travail ivoirien. « Nous avons le sentiment que les conventions 87 et 98 de l’Oit sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical ne soient pas bien comprises par certains de nos dirigeants dans les deux secteurs. Est-il besoin de rappeler que notre pays, la Côte d’Ivoire, les a toutes ratifiées ? M . le ministre, il y a des problèmes dans le secteur", a-t-il insisté. Aussi, a-t-il plaidé pour que une cadre de dialogue social. " Il faut anticiper en créant un cadre de dialogue sociale apaisé. Le dialogue social n’est-il pas un indicateur de performance d’une entreprise. Nous vous demandons d’encourager nos dirigeants à favoriser cette tribune d’échanges », a-t-il réclamé.

Puis, le porte-parole des travailleurs du ministère de l'économie numérique et de la poste de voler dans les plumes des Directeurs généraux des structures sous tutelle. « Parmi les nombreux points de revendications figurent la non application de l’arrêté portant application du barème des salaires minima catégoriels conventionnels suite à la valorisation du Smig décidée par le président de la République. Est-il besoin de rappeler que pour nos deux secteurs l’augmentation est de 9 % avec effet retro-actif. Nombreux sont ceux de nos dirigeants qui ne veulent pas en entendre parler ; qui ne veulent pas l’appliquer.Ils sont nombreux, les Dg qui refusent d’appliquer cette décision. Pis, c’est de façon unilatérale que certains d’entre eux mettent fin à l’application de certains accords internes après des négociations », a-t-il revélé.

 

Jonas BAIKEH

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte