Orpaillage clandestin : La Bceao estime les pertes subies par l'État ivoirien à 498 milliards Fcfa en 2016


Les participants à l'atelier de formation relatif à la gouvernance environnementale et sociale du secteur minier.

L’orpaillage clandestin a fait perdre à l’État ivoirien 498 milliards de Fcfa en 2016, a estimé la Banque centrale des États de l'Afrique de l'ouest (Bceao), selon le président du Bureau exécutif national du Groupement des exploitants des petites mines et acheteurs de Côte d’Ivoire (Gpma-Ci), Zachary Bamba.

Un atelier de formation relatif à la gouvernance environnementale et sociale du secteur minier a pris fin vendredi 08 février 2019 à Abidjan-Cocody. Le président du Bureau exécutif national du Groupement des exploitants des petites mines et acheteurs de Côte d’Ivoire (Gpma-Ci), Zachary Bamba a déploré, à cette occasion, les pertes financières subies par l'État ivoirien dans le secteur des mines.

L’orpaillage clandestin a fait perdre à l’État ivoirien 498 milliards de Fcfa en 2016, a estimé la Banque centrale des États de l'Afrique de l'ouest (Bceao), selon le président du Gpma-Ci. Dans l'optique de venir à bout de ce fléau, le président du Gpma-Ci a proposé de mettre un accent particulier sur la transformation de l’exploitant minier artisanal et semi-industriel en acteur essentiel pour le maintien de l’environnement dans lequel il exerce. Pour cela, il faudra, selon Zachary Bamba, identifier les zones d’exploitation minière clandestine, réhabiliter ces zones une fois abandonnées par les exploitants clandestins, sensibiliser les communautés riveraines et susciter une prise de conscience au niveau administratif des différents acteurs concernés par l’exploitation minière artisanale.

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable. Pr Joseph Seka Seka a alerté que les activités qui résultent de l’exploitation minière ne sont pas sans conséquence sur l’environnement et sur les populations riveraines des sites d’exploitation.

La Directrice générale de l’Agence nationale de l’environnement (Ande), Mme Acko Sopi Madeleine a indiqué que l'atelier est l'occasion pour les participants de s’imprégner des orientations et mécanismes de mise en œuvre des politiques publiques et de responsabilité sociétale des entreprises afin d’optimiser les impacts positifs des exploitations minières.

L'atelier de formation qui a duré 3 jours a été organisé par l’Ande en collaboration avec le Secrétariat exécutif permanent de la Redd+ et avec l’appui financier de la Banque mondiale. L’objectif était de former les structures membres de la commission interministérielle d’examen des rapports d’évaluation environnementale et sociale, des directions et structures sous tutelle du ministère de l’Environnement et du Développement durable, les ministères techniques, en particulier le ministère des Mines et de la Géologie, les opérateurs du secteur minier et les organisations de la société civile aux pratiques de sauvegardes environnementale et sociale et à la gestion durable du secteur minier.

 

Irène BATH

 

Irene Bath

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte