Côte d'Ivoire : Le chiffre d'affaires provisoire du marché des assurances établi à 360 milliards Fcfa en 2018


Le président de l'Asaci, Saliou Bakayoko (à gauche), présentant le nouvel arrêté remis par le Dg du Trésor Public, Assahoré Konan Jacques (à droite).

Le président de l'Association des sociétés d'assurance de Côte d'Ivoire (Asaci), Saliou Bakayoko a informé que le chiffre d'affaires provisoire du marché des assurances, au 31 décembre 2018, fait un peu plus de 360 milliards de Fcfa, dont 43 % pour la branche Vie, c'est-à-dire un peu plus de 154 milliards de Fcfa.

 

Le marché des assurances en Côte d'Ivoire connaît un boom. Selon les chiffres provisoires présentés, mardi 12 février 2019, par le président de l'Association des sociétés d'assurance de Côte d'Ivoire (Asaci), Saliou Bakayoko, le marché ivoirien se porte bien. « Au 31 décembre 2018, le chiffre d'affaires provisoire du marché des assurances qui va être confirmé après les différents Conseils d'administration fait un peu plus de 360 milliards de Fcfa en Côte d'Ivoire, dont 43 % pour la branche Vie, c'est-à-dire un peu plus de 154 milliards de Fcfa. Nous n'avons pas les chiffres du Cameroun au 31 décembre 2018, mais si on se réfère au 31 décembre 2017, nous étions à un peu plus de 325 milliards de Fcfa, quand le Cameroun était à 187 milliards de Fcfa », a mentionné le président de l'Asaci. Il a dressé ce bilan provisoire à l'occasion de la cérémonie de remise du nouvel arrêté fixant les conditions de délivrance des cartes professionnelles aux agents des banques, des établissements financiers et des systèmes financiers décentralisés pour la commercialisation des produits d'assurance.

Réceptionnant l'arrêté des mains du Directeur général du Trésor et de la comptabilité publique, il a affirmé que ce document va booster le taux de bancarisation dans la mesure où « il va dans le sens de fluidifier la gestion de nos clients communs avec les banques. Parce qu'il y avait une certaine opacité qui faisait qu'il y avait beaucoup de mécontents au niveau de la clientèle banque-assurance », a-t-il dit.

Saisissant l'occasion de la rencontre, il a souligné que le chemin qui reste à parcourir dans le secteur des assurances est encore long, « parce que dans notre domaine, le taux de pénétration est encore faible. Je voudrais qu'au niveau des établissements financiers et des banques, que nous continuons à travailler ensemble, parce qu'il y a encore des dysfonctionnements dans nos relations », a déploré le président de l'Asaci, pointant du doigt la collecte des primes. De l'avis de ce dernier, beaucoup de clients se plaignent aux sociétés d'assurances qu'ils n'ont pas été prélevés, « alors que nous avons donné l'ordre de prélèvement à la banque », a-t-il dit.

Le nouvel arrêté signé par le ministre de l’Économie et des Finances le 17 décembre 2018, vient abroger les dispositions du précédent arrêté pris le 8 novembre 2016 et dont l’application laissait apparaître quelques difficultés liées à la spécificité de l’activité des acteurs concernés.

 

Irène BATH

 

Irene Bath

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte