Marché de l'audiovisuel : Des opérateurs économiques contre le paiement de la redevance Rti

• Fabrice Sawegno (Pdg de Voodoo) : « Il y a un problème d'équité dans le jeu de la concurrence »
Le numérique présente d'énormes opportunités que la Côte d'Ivoire veut capitaliser.

L'ouverture de l'espace audiovisuel ivoirien s'est élargie aux chaînes de télévision. La concurrence s'annonce rude. Mais aux yeux de certains opérateurs économiques présents dans le secteur, le jeu de la concurrence n'est pas tout à fait loyal, étant donné que selon eux, la télévision nationale bénéficierait de certaines faveurs de la part de l’État. 

Ce constat a été fait le jeudi 14 mars 2019, par le Président-directeur général (Pgd) du groupe Voodoo, Fabrice Sawegnon, à l'occasion de la présentation des « prédictions technologies, médias et télécommunications pour 2019 » (Tmt predictions 2019) du cabinet Deloitte. Il participait à un panel portant sur les questions telles que la 5G, l'Intelligence artificielle (Ia), la télévision et les enceintes connectées, les médias et les télécommunications à Abidjan-Plateau.

Selon l'argumentaire de Sawegnon, avec la libéralisation du secteur, il n'est plus question que les Ivoiriens continuent de financer la Radiodiffusion-télévision ivoirienne (Rti) à travers le paiement de la redevance, collectée par la Compagnie ivoirienne d'électricité (Cie). Cela, pour éviter qu'il se pose un problème d'équité dans la gestion et le contrôle du secteur par l’État. Ce qui devrait consacrer une saine concurrence entre les différents acteurs. Ou alors, poursuit-il, la redevance continue d'être prélevée, mais non plus pour le compte de la Rti uniquement. Dans un tel cas de figure, ces fonds pourraient contribuer à soutenir le secteur dans son ensemble sous forme d'appui à la production. « Pourquoi est-ce que les Ivoiriens doivent financer une télévision et non pas toutes ? », interroge-t-il.

Pour revenir à la présentation des « Tmt predictions 2019 », il faut noter qu'il visait à faire connaître les résultats des études prospectives (opportunités et risques) dans le secteur des technologies numériques, de la téléphonie, etc., notamment en Afrique.

Au titre de l'implémentation de la 5G, l'étude soutient que les premiers tests grandeur nature sur le continent auront lieu en cette année 2019, mais que la commercialisation de cette technologie débutera en 2022. Pour ce qui est de l'Intelligence artificielle (Ia), contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'Afrique n'est pas restée les bras croisés. Il a été révélé que plusieurs startups africaines développent des applications basées sur l'Ia via le cloud dans les domaines de la santé, de l'éducation et de l'environnement. « Après une décennie d’investissement dans les infrastructures numériques en Afrique, 2019 sera l'année de l’accélération du développement de l'industrie du contenu et des services numériques », a déclaré Karim Koundi, associé leader des secteurs des technologies, médias et télécommunications en Afrique francophone chef Deloitte.

A la lumière des opportunités plutôt prometteuses du secteur du numérique en Afrique en 2019, le ministre de l’Économie numérique et de la Poste, Claude Isaac De, a exprimé son intention de travailler avec tous les acteurs du secteur pour en tirer profit. Pour cela, il a fait savoir que le gouvernement ivoirien met un point d'honneur sur la formation du capital humain dans ce domaine.

 

 

Elysée LATH

Elysée Lath

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte