Commercialisation du cacao : La Côte d'Ivoire et le Ghana maintiennent la pression ; rendez-vous pris à Berlin


10/10/2019
Commercialisation du cacao : La Côte d'Ivoire et le Ghana maintiennent la pression ; rendez-vous pris à Berlin
Le Secrétariat de séance du Comité conjoint d'experts a donné rendez-vous les 23 et 24 octobre 2019 à Berlin pour une importante annonce. (Ph : DR)

Le Comité conjoint d'experts de la filière café cacao mis en place par le Côte d'Ivoire et le Ghana s'est réuni les 9 et 10 octobre 2019 à Abidjan-Plateau. Au cœur de cette rencontre, la poursuite des discussions relativement à la commercialisation du cacao.

« Il a été constaté que les chocolatiers insistent davantage sur leurs programmes de durabilité et de certification au détriment du différentiel du revenu décent qui a pourtant un impact plus important sur l'ensemble des producteurs.

Par conséquent, le Comité conjoint d'experts mis en place par les deux pays (Côte d'Ivoire et Ghana, Ndlr) a réexaminé les programmes actuels de durabilité et de certification des chocolatiers.

Une ferme décision sur la poursuite ou l'arrêt de tous les programmes de durabilité et de certification dès la campagne 2019-2020, sera communiquée aux parties prenantes par les instances dirigeantes du Conseil du café-cacao et du Ghana Cocoa board lors de la réunion de partenariat de la Fondation mondiale du Cacao à Berlin, Allemagne ». Telle est la substance du communiqué produit par le Comité conjoint d'experts de la filière café cacao à l'issue de sa réunion tenue les 9 et 10 octobre 2019 à Abidjan-Plateau. En clair, la réunion de Berlin prévue les 23 et 24 octobre 2019, sera déterminante dans la poursuite ou l'arrêt des programmes de durabilité et de certification dès la campagne 2019-2020.

Pour rappel, en vue de garantir un prix rémunérateur aux producteurs de café cacao, la Côte d'Ivoire et le Ghana sont parvenus à mettre en place un mécanisme du Prix plancher basé sur le différentiel du revenu décent. Un mécanisme qui a même reçu l'adhésion de toutes les parties prenantes de la chaîne de valeur du cacao en tant que système parfait permettant de servir un revenu décent à tous les producteurs de cacao sans exception dans les deux pays. Sur cette base, certains acheteurs ont manifesté leur intérêt en faisant l'acquisition de contrats sur la campagne 2020-2021 intégrant le Différentiel du revenu décent de 400 Dollars, soit environ 200 000 Fcfa, la tonne. Le Différentiel de revenu décent vise l'amélioration des revenus de tous les producteurs de cacao sans exception ; tandis que les programmes de durabilité et de certification mis en œuvre par les chocolatiers ne touchent qu'une minorité de producteurs.

Irène BATH

 

Irene Bath

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

 

Videodrome