Transport ferroviaire : Les travaux de la boucle Abidjan-Ouaga-Niamey-Cotonou-Lomé vont coûter 4 011 milliards Fcfa

Les études bientôt lancées
07/11/2019
Transport ferroviaire : Les travaux de la boucle Abidjan-Ouaga-Niamey-Cotonou-Lomé vont coûter 4 011 milliards Fcfa
Le ministre Ally Coulibaly, au milieu, a souhaité la mise en oeuvre des projets de l'espace communautaire. (Ph: I.B.)

Après les travaux des experts de l'Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) sur la problématique de l’interconnexion des États par le Rail, c'était au tour des ministre de ladite Union de se réunir ce jeudi 7 novembre 2019 dans le cadre de la 5ème réunion du cadre de concertation pour la mise en œuvre des projets ferroviaires régionaux. Au centre de leurs préoccupations, des réflexions devant conduire à la mise en œuvre des travaux de la boucle ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Niamey-Cotonou-Lomé.

4 000 milliards de Fcfa, c'est le montant nécessaire pour la réalisation de la boucle ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Niamey-Cotonou-Lomé. L'enveloppe nécessaire pour les études s'élève à 11 milliards de Fcfa. Soit un coût de 4 011 milliards de Fcfa, pour la conduite de ce projet. Toutes ces précisions ont été données ce jeudi 7 novembre 2019 par Paul Koffi Koffi, Commissaire chargé du Département de l’aménagement du territoire communautaire et des transports (Datc), représentant du président de la Commission de l'Uemoa. C'était à l'occasion de l'ouverture de la réunion des ministres en charge des Transports de l'Uemoa. Paul Koffi Koffi a informé que la Commission est en train d'envisager une enveloppe pour le lancement des études dudit projet, « avant d'approcher des partenaires au développement ».

Le ministre de l'Intégration africaine et des Ivoiriens de l'extérieur, Ally Coulibaly, représentant le Premier ministre, a souligné que la boucle ferroviaire est un projet structurant et intégrateur. Il a reconnu que les investissements en vue de sa réalisation sont très lourds. « Aussi, la conjugaison de nos efforts aura-t-elle, une fois de plus, un sens capital pour surmonter cet obstacle », a-t-il appelé. Il a informé que cette boucle ferroviaire couvre un linéaire total de 3 034 km, dont 1 946 km à réhabiliter et 1 088 km à construire. « Au terme de sa réalisation, elle permettra au transport de fret du nouveau réseau de tirer une partie substantielle de sa rentabilité du trafic d’exportation des matières premières minières », a mentionné le ministre Ally Coulibaly.

Profitant de l'occasion, il a appelé également à la mise en œuvre de tous les projets qui ont déjà pris forme en termes de réhabilitation ou de nouvelles constructions dans l'espace communautaire. Il a cité notamment le projet de réhabilitation de l’axe Abidjan-Ouagadougou-Kaya.

Le ministre des Transports, Amadou Koné a noté, à cette occasion de l'espace communautaire est confronté à un important déficit en infrastructures de transport ferroviaire avec tous les corollaires que sont la surcharge routière, entraînant des coûts élevés de l’entretien routier, des coûts élevés de transport, des problèmes environnementaux et de nombreux accidents. Toute chose qui, a-t-il déploré, plombe considérablement le développement économique des États.

Irène BATH

Irene Bath

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2