Déficit d'infrastructures en Afrique: Une firme propose des solutions adaptées au contexte africain


03/12/2019
Déficit d'infrastructures en Afrique: Une firme propose des solutions adaptées au contexte africain
L'investissement dans les infrastructures en Afrique devrait booster le développement du continent.

Le 30 octobre 2019, l’ambassade de France au Gabon a annoncé la vente à Stoa Infra & Energy (fonds d'investissement français) de 10% du capital de la société Gabon special économic zone (Gsez), filiale d'Arise Holding, qui gère le New owendo international port (Noip) dédié au vrac et situé à 27 km au Sud de la capitale gabonaise, Libreville.

Cette prise de participation de la société d’investissement française créée en 2017 par la Caisse des dépôts française (Cdc) et l’Agence française de développement (Afd) vient confirmer l'intérêt croissant des institutions financières pour les activités logistiques de Gsez, engagée à proposer des solutions adaptées au contexte africain en matière d'infrastructures.

Cet engagement s'est traduit par le lancement en 2018, des chantiers de construction dans les ports de San Pedro, en Côte d'Ivoire, et de Nouakchott, en Mauritanie.

Le Président-directeur général (Pdg) d'Arise Holding, Gagan Gupta, a expliqué lors de la cérémonie de signature de la cession des parts, que la création de Gsez (zone industrielle) visait à mettre en place un modèle économique adapté à l’écosystème africain, qui appelle à des solutions innovantes aux difficultés rencontrées par les acteurs industriels du continent. L'idée était d'attirer les investisseurs industriels afin d'établir une industrie locale.

Cet écosystème, apprend-on, inclut des voies de chemin de fer destinées à relier des zones d'exploitation forestière au Port Owendo, via la Gsez et des gares de chargement ; des installations de stockage et de traitement du bois, ainsi que des services auxiliaires dans la zone industrielle ; un guichet unique pour les services gouvernementaux ; et des services logistiques ad-hoc pour les sociétés forestières, de transformation du bois et / ou sociétés exportatrices.

Le modèle économique de cet écosystème est, selon les experts, nécessaire pour le développement de nombreux pays subsahariens.

Élysée LATH

 

Elysée Lath

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2