Hier sur le site d'Anguededou (Autoroute du nord)

Hier sur le site d'Anguededou, Des travailleurs de Palmafrique bloquent tout

Des pneus enflammés, le pont bascule... fermés
14/11/2012
Tout était paralysé sur le site d'Angueledou, hier.
Pneus enflammés. Pont bascule fermé. Camions de ramassage de graines de palme bloqués.

Les membres de l'administration absents de leur poste...Le site d'Angueledou de Palmafrique, situé à une dizaine de kilomètres d'Abidjan après le corridor de Gesco, a été complètement paralysé, mardi 13 novembre 2012. Quand notre équipe de reportage y est arrivé à la mi-journée, rien ne fonctionnait. Il n'y avait pas de récolte, comme cela se fait presque tous les jours.

Pis, le pont bascule et les camions chargés de transporter les récoltes étaient bloqués. Un employé, qui a gardé l'anonymat, a expliqué que la paralysie de ce site est liée à la crise qui secoue, actuellement, Palmafrique. Une information confirmée par Bolou Bolou Jean-Claude, le Secrétaire général du Syndicat libre des travailleurs de Palmafrique (Sylitrapalm). Il a soutenu que le site d'Anguededou, employant 440 travailleurs, a été paralysé parce que le siège de la société situé à Marcory Vge a été pris en « otage par le groupe de Remy Baysset ». « Nous demandons que ceux qui ont le pouvoir, qui ont la signature en ce moment, c'est-à-dire le Pca, Samba Coulibaly et le Dg, Kamara Logossina retrouvent le siège à Marcory. Nous manifestons pour exprimer nos inquiétudes. Nous nous demandons si le Dg Kamara ne retrouve pas ses bureaux à Marcory, si nos salaires des prochains mois pourront être payés », a indiqué M. Bolou Bolou. « La Cour suprême doit trancher cette affaire, le 7 février 2013. Mais nous ne comprenons pas pourquoi le groupe de Remy Baysset commence déjà à faire des règlements de comptes. Ils annoncent des licenciements », a-t-il ajouté, avant de menacer. « Si le Dg Kamara Logossina ne regagne pas ses bureaux à Marcory, le site d'Angueledou restera fermé ». Un autre travailleur, Yéo Oumar, a sensibilisé les employés des autres sites sur la nécessité d'être solidaires pour « sauver » l'entreprise.

Palmafrique, faut-il le rappeler, est secoué par une crise entre le groupe de Samba Coulibaly et celui de Remy Baysset. Ce conflit entre actionnaires devait être tranché par la Cour suprême, le 8 novembre 2012. Mais, elle a plutôt prononcé un arrêt de discontinuité ou de discontinuation, selon Me Diallo Souleymane, l'avocat de Palmafrique. La Cour suprême, a-t-il expliqué, a confirmé l'ordonnance de suspension de l'arrêt de la Cour d'appel favorable à Palmafrique (le groupe de Samba Coulibaly, Ndlr) et de la décision du Tribunal de première instance favorable à Remy Baysset. C'est donc finalement le 7 février 2013 qu'elle devra trancher. Par ailleurs, avons-nous appris de source sûre, le groupe de Samba Coulibaly a intenté une action en justice de contestation de l'Assemblée générale organisée, le 18 octobre 2012, à Abidjan, par le groupe de Remy Baysset. Le verdict est attendu ce mercredi 14 novembre 2012. Une autre action sur l'occupation du siège par l'équipe de Remy Baysset doit être tranchée la semaine prochaine.

SYLLA A.


SYLLA Arouna

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2

 

Videodrome