Côte d'Ivoire

Coronavirus : Jean Yves Esso Essis (Pdt des cadres dynamiques du PDCI) demande à Amadou Gon les mesures d’accompagnement pour soutenir l’économie ivoirienne après les différentes mesures prises dans la lutte contre la maladie

« Nous vous demandons de prendre les mesures d'accompagnement qui s'imposent afin de ne pas ajouter à cette crise grave sanitaire une grande crise économique et sociale »
29/03/2020
Coronavirus : Jean Yves Esso Essis (Pdt des cadres dynamiques du PDCI) demande à Amadou Gon les mesures d’accompagnement pour soutenir l’économie ivoirienne après les différentes mesures prises dans la lutte contre la maladie
Jean Yves Esso Essis, président des cadres dynamiques du PDCI

Dans une lettre ouverte adressée au Premier Ministre, Jean Yves Esso Essis, président des cardes dynamiques du PDCI et membre du Bureau Politique dudit parti, lui demande les mesures d’accompagnement pour soutenir l’économie ivoirienne, après les différentes mesures prises dans la lutte contre la maladie à coronavirus. Il en a profité pour lui faire quelques propositions.

Lettre Ouverte à monsieur Amadou GON COULIBALY, Premier Ministre de Côte d'Ivoire

Abidjan, le dimanche 29 mars 2020

Par JYEE

Objet : Quelles mesures d'accompagnement pour soutenir notre économie ?

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Nous comprenons bien que les mesures prises par le chef de l'Etat lors de son discours à la nation du lundi 23 mars 2020 et mises en application par votre gouvernement les jours suivants, sont indispensables pour lutter contre la pandémie au coronavirus qui nous frappe actuellement.

Cependant, elles ont naturellement, déjà, un impact certain sur toute la vie économique et sociale de notre pays.

Dans de telles circonstances exceptionnelles, la population est appelée à faire preuve de responsabilité citoyenne et de civisme. Elle doit respecter les consignes des autorités en restant chez elle et en ne se déplaçant qu’en cas d’extrême nécessité.

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Bien que les fermetures de la plupart des établissements recevant du public aient été brusques et sans préavis, aucune mesure d'accompagnement jusqu'à aujourd'hui, n'a été mise en place par l'Etat de Côte d'Ivoire.

Les nombreuses PME (restaurants, bars, boites de nuits, maquis, etc.) travaillant dans le secteur du bien-être et des loisirs, où ce sont les recettes du jour qui permettent de faire face aux nombreuses charges, sont frappées de plein fouet sans soutien de l'Etat. Les stocks de boissons sont déjà faits et les congélateurs sont pleins...Si la CIE, pour ne citer que cet exemple, opère une coupure d'électricité à ces structures faute de paiement, les pertes seront énormes et les conséquences sur les salariés inimaginables.

Dans ce contexte, l'Etat, à l'instar de la plupart des autres pays, a un devoir de solidarité et de soutien vis-à-vis des personnes et des entreprises touchées économiquement par ces restrictions obligatoires.

Des mesures exceptionnelles doivent être prises pour accompagner les entreprises afin de tenir compte de l'impact de l'épidémie du Covid-19 sur l'activité économique.

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Il serait bien de compter au nombre des mesures que vous voudrez bien mettre en place rapidement, les quelque cinq (5) suggestions suivantes :

1. Une mise en place de délais de paiement des échéances fiscales et taxes diverses. Dans les situations les plus difficiles, des remises d’impôts directs peuvent être décidées dans le cadre d'un examen individualisé des demandes.

2. Un paiement des fournisseurs de l'État et de la dette intérieure de l'Etat ainsi qu'une non application par l'Etat, pour tous les marchés publics d’État, des pénalités de retards.

3. Un soutien de l’État et de la Banque Centrale pour négocier avec chaque banque un rééchelonnement des crédits bancaires.

4. Une suspension des factures d'eau, d'électricité et de loyers pour les PME en difficulté, à jour de leurs cotisations fiscales, ainsi qu'une suspension de leurs impôts et cotisations sociales.

5. Un soutien financier effectif aux entreprises à jour de leurs cotisations fiscales. La mobilisation de lignes de trésorerie bancaires dont les entreprises pourraient avoir besoin.

Excellence Monsieur le Premier Ministre,

Nous sommes aujourd'hui à 140 cas et la courbe exponentielle du nombre de cas va commencer son ascension vertigineuse dans les prochains jours car nous arrivons irrémédiablement au terme des 14 jours des premiers cas décelés en Côte d'Ivoire. Les symptômes vont commencer à apparaitre chez tous les contaminés...car le 17 mars 2020, alors que la pandémie du Coronavirus ne touchait pas encore totalement la Côte d’ivoire (6 cas, aucun décès), les Ivoiriens ont assisté, ahuris, médusés, au confinement raté de l’INJS qui sera la porte ouverte vers la propagation du virus.

La seule chose que les ivoiriens vous demandaient de faire était de respecter scrupuleusement la mise en quarantaine de tous les passagers de ce fameux vol du 17 mars 2020. Ceux-ci, après leur grogne, sont rentrés chez eux distribuer le virus à leurs familles respectives. Vous porterez sur votre conscience chaque mort du coronavirus dans notre pays et peu importe les dons que vous pourriez faire.

Tout ce que nous vous demandons aujourd'hui, c'est de prendre dès maintenant les mesures d'accompagnement qui s'imposent afin de ne pas ajouter à cette crise grave sanitaire une grande crise économique et sociale.

Persuadé que vous saurez apprécier à sa juste valeur cette ultime Lettre Ouverte à votre attention,

Nous vous prions d'agréer, Excellence Monsieur le Premier Ministre, l'assurance de notre très haute considération.

 

Jean-Yves ESSO ESSIS

Inspecteur du PDCI-RDA

Membre du BP du PDCI-RDA

Président des Cadres Dynamiques CD-PDCI

Ampliation : Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de Côte d'Ivoire (CESEC)

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

 

Videodrome