Coulibaly Vamara

|

  • SOURCE: Soir info

Bonne et heureuse année 2017 à toutes et à tous

Dans quelques petites heures, seulement, les lampions s'éteindront définitivement sur l'année 2016. Mais elle n'emportera pas les souvenirs, bons ou mauvais, qu'elle nous aura laissés pendant les 366 jours.

Des souvenirs souvent tragiques, à la limite du supportable, à des événements heureux qui nous ont procurés un relatif bonheur. Les portes d'une nouvelle année vont donc s'ouvrir avec un cortège de promesses qui vont, à leur tour, entretenir nos espoirs et espérances. Avant d'y arriver et formuler les vœux de bonheur et de succès, que nous souhaitons voir accompagner toutes nos actions, permettez-nous, comme cela est devenu une coutume depuis plusieurs années, de rendre un vibrant hommage aux lecteurs et internautes de plus en plus nombreux des différents supports du Groupe Olympe (Soir Info, L'Inter et Linfodrome.com).

Pendant presque toute l'année 2016, nous avons occupé le haut du pavé du classement des ventes avec, en prime, le prix d'Excellence du Conseil National de la Presse (Cnp) de la meilleure entreprise de presse, la plus prestigieuse distinction dans le secteur des médias en Côte d'Ivoire. Il est évident que si cela a été possible, c'est bien grâce à vous, nos lecteurs, qui n'avez jamais décroché. Si nous sommes les meilleurs des meilleurs, c'est parce que vous nous avez fait confiance.

Nous voulons, au moment où nous entrons dans la nouvelle année, vous célébrer ici et vous rassurer que nous restons ouverts à tous les courants d'opinions, comme nous l'avons été depuis 22 ans. Mais aussi à vos critiques, suggestions et observations. Nous avons conscience que le marché devenu très concurrentiel, exige de nous beaucoup plus d'efforts et de sacrifice.

Nous prenons donc le pari de tout mettre en œuvre afin de continuer à mériter de votre confiance. Car c'est sur cette complicité avec vous que le Groupe Olympe a bâti sa notoriété et sa réputation, aujourd'hui incontestables. Nous n'allons pas déroger à notre devoir, celui d'être la bouche, les yeux et les oreilles de ceux qui n'en n'ont pas. Il est vrai que le créneau de l'indépendance éditoriale qu'a choisi le Groupe Olympe dans le traitement de l'information n'est pas toujours facile à tenir, mais il faut noter que nous n'avons jamais regretté ce choix.

Bien au contraire, nous nous convainquons chaque jour, lorsque nous nous referons aux différents messages de soutien qui nous parviennent presque de partout, que nous ne nous sommes pas trompé. Naturellement, les chiffres de vente et le rang de leader que nous occupons, en même temps qu'ils mesurent notre crédibilité et notre influence, démontrent clairement que les Ivoiriens ne sont attachés qu'à la qualité de l'information, c'est-à-dire, celle débarrassée de toute coloration partisane. Et c'est cela la marque du Groupe Olympe. Merci à toutes et à tous pour l'indéfectible soutien que nous souhaitons continuer de mériter.

2016 n'aura pas été une année paisible pour les Ivoiriens. On dirait même qu'elle a été particulièrement houleuse. De la cherté de la vie aux questions de sécurité, les Ivoiriens ont été éprouvés. Chaque année, à la même période, le même constat est fait en ce qui concerne le panier de la ménagère qui ne cesse de perdre du contenu. C'est un euphémisme de dire que les Ivoiriens ne mangent pas encore à leur faim. Le taux de chômage reste préoccupant.

Entre les déclarations des autorités et ce qui se passe sur le terrain, la réalité est toute autre. Conséquences : la naissance du phénomène des enfants en rupture avec la loi ou les gangs d'enfants armés. Les autorités ont beau crié qu'elles sont venues à bout de ces assassins juvéniles, les microbes continuent de semer la terreur au sein des populations.

En 2016, ils ont sinistrement fait parler d'eux à travers de nombreux crimes odieux. On ne peut faire le bilan de l'année écoulée sans évoquer l'attaque terroriste du 13 mars 2016 perpétrée à Grand-Bassam à 40 km au sud-est d’Abidjan et qui a fait officiellement 19 morts et une trentaine de blessés, une première en Côte d'Ivoire. Cette attaque, il faut le reconnaître a bouleversé la vie des Ivoiriens créant un climat de psychose généralisée. Si le cerveau, un certain Dalla, continue sa lâche fuite, on retient que les autorités sécuritaires ont pris quelques mesures dissuasives qui jusqu'à ce jour n'ont pas été prises à défaut. Chapeau !

A côté de cet attentat terroriste, il faut noter les violentes manifestations populaires contre la Compagnie ivoirienne d'électricité (Cie). Le pic de cette protestation contre des factures jugées trop élevées a été atteint le 22 juillet à Bouaké avec des casses suivis d'incendie. Obligeant la Cie à revenir sur sa décision.

À l'orée de l'année 2017, nous voudrions bien mettre à la poubelle de l'histoire tous les mauvais souvenirs d'assassinats de gendarmes, d'affrontements à la machette dans les gares routières, d'écoutes téléphoniques incluant de hautes autorités ivoiriennes, d'accusations d'ingérence d'autorités ivoiriennes par l'entremise d'hackers dans les élections d'autres pays, d'accidents de la circulation faisant des dizaines de morts, de soulèvement d'étudiants pour manque de matériels didactiques…

Nous souhaitons que 2017 apporte à tous et à chacun, le bonheur attendu à travers un combat réussi sur la cherté de la vie, que toutes les promesses faites lors des différentes campagnes électorales en 2016 notamment au référendum qui a consacré la 3è République et aux dernières législatives soient effectivement tenues, que le vivre ensemble cesse d'être un simple slogan, mais une réalité partout en Côte d'Ivoire. Bonne et heureuse année à toutes et à tous.

COULIBALY Vamara

Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte