Côte d'Ivoire

La FESCI adresse une lettre ouverte au président Ouattara et dit "non à la politisation de l'école"


La Fesci demande la libération de l'étudiant Ozoukou Aristide.

Face à la crise que traverse le système éducatif ivoirien, le Secrétaire général de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI), Assi Fulgence Assi, a décidé, le mercredi 6 mars 2019, d’adresser une lettre ouverte au chef d’Etat ivoirien, l'invitant à réagir afin que l’école reprenne son cours normal en Côte d’Ivoire.

Son Excellence Monsieur le Président , la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI), que j'ai l'insigne honneur de diriger, vient par la présente vous faire part de son inquiétude sur le système éducatif de notre Pays : la Côte d'Ivoire.
En effet, Monsieur le président , les Élèves et Étudiants de la Côte d'Ivoire, par ma voix vous disent «merci» et sont reconnaissants des efforts consentis pour l'amélioration du Système Éducatif.

Cependant, nous observons de sérieux problèmes dans le Supérieur,le secondaire, et le primaire (voire plate formes revendicatives).
Son Excellence, au nombre de toutes ces difficultés, aujourd'hui notre plus grande inquiétude est le « Spectre de l'Année Blanche» du fait de la grève observée par nos enseignants depuis près d'un mois et demi. Monsieur le président, nous avions organisé une « Marche Pacifique» le Mardi 26 Février 2019 sur l'ensemble du territoire national pour attirer l'attention du Gouvernement sur la gravité de la situation et prendre l'opinion Nationale et Internationale à témoin.

Son Excellence, jusqu’au moment où nous vous écrivons, les Élèves sont hors des salles de classes, tandis qu'au Supérieur, la reprise est effective seulement pour deux semaines appréciables. Son Excellence, pendant que nous attendons des "Réponses" à cette crise, nous constatons la radicalisation des positions à travers les différentes déclarations.
Son Excellence, après notre analyse de la situation, nous constatons qu'en lieu et place des solutions, le Gouvernement qualifie l'engagement de nos Enseignants de « Revendications Politiques». C'est le même langage lorsque nous (Syndicats d'Élèves et Étudiants) posons les problèmes objectifs qui minent le Système Éducatif.

Son Excellence, au regard de ce qui précède, il est important de faire remarquer que tous les Enseignants ne sont pas membres de Partis Politiques. Donc nous disons non à la politisation de l'école mais oui au règlement de la crise. Son Excellence, nous souhaiterions que vous vous appropriez la "question de l’éducation" en évitant les «pièges» de certains de vos Collaborateurs. Son Excellence, nous souhaiterions également que l'Éducation soit une Priorité car il ne peut y avoir d’émergence sans un Système Éducatif Performant.

Enfin, Son Excellence, nous en appelons vivement aux «États Généraux»  du système éducatif Ivoirien dans le but d'anticiper sur les Crises. Son Excellence, nous profitons de l'occasion pour demander la libération de l'étudiant Ozoukou Aristide jusque-là détenu à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (Maca). Convaincu de votre intérêt pour "l'éducation", la " paix " et la "cohésion sociale", veuillez recevoir, Son Excellence, l'expression de mon profond respect.


Fait à Abidjan le 06 Mars 2019.
Pour la FESCI,
Le Secrétaire Général National,
Assi Fulgence Assi

MELEDJE Trésore

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte