Grève des enseignants: Voici les dernières tendances


16/05/2019
Grève des enseignants: Voici les dernières tendances
Pacôme Attaby annonce une déclaration vendredi après midi

Pacôme Attaby a livré les dernières tendances de la grève lancée par la Coalition du secteur éducation/formation de Côte d’Ivoire (Cosefci). Cétait au cours d’une conversation téléphonique de jeudi 16 mai 2019.

«On peut dire de manière globale que la grève est suivie à 60% à Abidjan. A l’intérieur du pays c’est 80%, avec la paralysie des écoles à Daoukro, aujourd’hui. Au primaire, il faut dire que le mouvement est suivi à 43%. A Abidjan les zones qui ne suivent pas notre mot d’ordre ce sont Bingerville, Koumassi et Port Bouët», a fait savoir M. Attaby.

Il a expliqué que des écoles peuvent être ouvertes mais que les enseignants (titulaires) n’y sont pas. «Dans de nombreux cas, ce sont les enseignants stagiaires que vous trouvez dans les classes. Par ailleurs, à la Cosefci, seuls 2 syndicats du primaire sont représentés. Les autres camarades syndicalistes au primaire sont dans une dynamique contraire», a-t-il justifié.

Tout bien considéré, le porte-parole de la Cosefci apprécie l’évolution des choses. «Nous, nous sommes sereins. Les tractations souterraines se poursuivent. On nous a envoyé des parents d’élèves et d’autres personnalités. Nous leur avons dit d’aller voir Mme Kandia. C’est elle qui menace de nous radier. D’ailleurs, demain vendredi, la ministre Kandia a convoqué une réunion. Nous y serons. Si elle ne veux pas nous recevoir parce que nous sommes en grève, nous prendrons alors l’opinion nationale et internationale à témoin», a-t-il souligné Pacôme Attaby.
Puis, il a ajouté: «Ce qu’il faut savoir, c’est que vendredi soir, nous ferons une déclaration. Elle sera en rapport avec la réunion de Mme Kandia le matin et le point de cette grève d’avertissement. En effet, à l’issue de cette grève de 4 jours, vendredi, le directoire appréciera et dira s’il faut reconduire ou non le mouvement».
Rappelons que depuis mardi 14 mai 2019, le secteur de l’éducation nationale est perturbé avec la grève des enseignants du primaire et du secondaire.

Jonas BAIKEH

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Linfodrome
There are no images to display in the slideshow.