Grève des enseignants : Le mouvement s'est durci, hier

Pacôme Attaby (Porte-parole de la Cosefci) : '' Nous irons écouter la ministre''
17/05/2019
Grève des enseignants : Le mouvement s'est durci, hier

La Coalition secteur Education/ formation de Côte d’Ivoire (Cosefci), une plateforme de huit (8) syndicats du primaire et du secondaire, a lancé une grève de quatre (4) jours renouvelable, qui a démarré le mardi 14 mai 2019. Les élèves des lycées modernes de Cocody, d'Abobo, d'Adjamé…, sans compter ceux en province, n'ont pas eu cours, le mercredi 15 mai 2019. Cela, à la satisfaction des organisateurs.

'' La grève se poursuit avec un mouvement qui a durci parce qu'il y a beaucoup d'écoles qui ont fermé. Nous étions à 75 % à l'intérieur du pays, le premier jour. Mais aujourd'hui (ndlr, hier) nous avons atteint les 80 % de suivi. A Abidjan, on a dépassé les 51 %'', nous a confié Pacôme Attaby, le porte-parole de ladite Coalition, quand nous l'avons joint par téléphone, hier mercredi, en début de soirée. Par la suite, il a souligné que la grève se poursuit jusqu'à vendredi. '' Vendredi, nous irons écouter la ministre pour voir'', a-t-il ajouté, faisant allusion à la rencontre que la ministre de l'Education nationale, de l'enseignement technique et de la formation professionnelle, Kandia Camara, aura avec tous les syndicats, demain, relativement aux acquis, après le séminaire du 10 au 13 avril, sur les revendications. Rappelons que c'est à l'issue de l'Assemblée générale du mercredi 14 mai 2019, que la Cosefci s’est résolue à poursuivre la grève qui s'était déroulée, du 22 janvier au 23 mars 2019. A en croire Pacôme Attaby, les discussions avec le ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, lancées le mercredi 10 avril, avec deux représentants du service juridique de la Fonction publique et deux observateurs de la Primature, se sont poursuivies jusqu’au samedi 13 avril, pour se terminer, le mercredi 18 avril. ‘’A l’issue de cette phase de discussions, les points sur lesquels nous ne sommes pas tombés d’accord avec l’administration, sont: la revalorisation des  indemnités de logement de 40 000 à 150 000 frs pour les grades C3 à B3 , de 50 000 à 200 000 frs pour les grades A3 à A4, 250 000 frs pour les A5 à A6 et 300 000 frs pour les A7; la suppression des cours de mercredi matin dans le primaire, où les autorités demandent une évaluation que nous avons rejetée; le paiement des  cinq cent mille  (500 000) francs Cfa par  enseignant ex-contractuel, au titre de ses émoluments non perçus de janvier 2014 à mai 2014, l’intégration à la fonction publique, des quatre-vingt-dix-sept d’entre eux radiés en 2014 pour fait de grève, la suppression de l’emploi d’Instituteur adjoint et l'intendance dans les centres d'examen rejetée pour raison de sécurité, nous a-t-on appris'', avait-il égrené à l'Ag. Concernant les points d'accord, Pacôme Attaby a noté le relèvement au double de toutes les primes liées aux examens scolaires en Côte d’Ivoire, mais pas à partir de cette année, et la rémunération de la surveillance de ces examens. '' Mais toutes ces propositions ont été soumises au Premier ministre à qui il revient de décider. Depuis la fin des travaux avec la tutelle, le 24 avril, il n'y a plus eu de rencontre, sauf que mardi soir, le ministère nous a joints pour dire que le ministre rencontre tous les syndicats, le 15 mai'', avait-il fait savoir.

Dominique FADEGNON 

1 | 2