Universités de Côte d'Ivoire : Les enseignants menacent de durcir le ton


26/05/2019
Universités de Côte d'Ivoire : Les enseignants menacent de durcir le ton
Pr Johnson Zamina Kouassi a indiqué que l'assemblée générale décidera de la levée ou pas du mot d'ordre de grève

Les enseignants menacent de durcir le ton. Une décision est attendue à l'assemblée générale de la Cnec lundi, a annoncée Pr Johnson Zamina Kouassi, au cours d'une conversation téléphonique ce dimanche 26 mai 2019.

« C'est le statu quo. La grève se poursuit. Si le mot d'ordre  doit être levé, c'est l'Assemblée générale qui décidera. Nous aurons en assemblée générale d'information le lundi 27 mai 2019 à 14h. Mais, je crois que les camarades vont durcir le ton », a laissé entendre Pr Johnson Zamina Kouassi, secrétaire général de La Coordination nationale des enseignants-chercheurs et chercheurs de Côte d'Ivoire (Cnec).

Il justifie cette position par le fait qu'il y a pas eu de début de négociation. « Le gouvernement, plutôt que de répondre aux revendications que nous lui avons posées, verse dans le mensonge. J'ai entendu dans le communiqué du conseil de ministre, que des enseignants sont allés déloger les gens et qu'ils auraient violenté des personnes. Qu'on nous montre qui a délogé les étudiants. Qu'on arrête de mentir », a-t-il dénoncé.

Rappelons que les membres de la Cnec observent depuis le lundi 20 mai 2019, un arrêt de travail pour réclamer de meilleures conditions de vie et de travail. Cette grève affecte aussi bien les universités, les centres de recherches et les grandes écoles publiques de Côte d'Ivoire. Un débrayage qui a été largement suivi la semaine dernière.Une situation qui perturbe les cours dans les amphithéatres et menace gravement les examens de fin d'année.

Jonas BAIKEH

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2