Epreuves écrites du Bts : Le ministre Mabri brandit les sanctions prises contre la fraude, la Police scientifique à la rescousse


Epreuves écrites du Bts : Le ministre Mabri brandit les sanctions prises contre la fraude, la Police scientifique à la rescousse
Ph DR

Les épreuves écrites du Brevet de technicien supérieur (Bts) ont démarré, le lundi 29 juillet 2019, pour prendre fin, vendredi ou samedi, selon la filière. Hier lundi, le ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mabri Toikeusse, a visité les centres de Ivestp et Isfop, à Marcory, où il a encouragé les candidats, dans les six salles où il est passé.

Face à la presse, il a déclaré : '' Nous mettons l'accent sur la crédibilité du Bts. Concernant la lutte contre la fraude, les cellulaires ne sont pas admis dans les salles d'examen, et nous avons instruit les examinateurs, relativement à cette question. Il y a une règle qui est fixée et nous avons, dès le début des épreuves, informé l'ensemble des examinateurs des dispositions à prendre. Notamment lorsque le fraudeur est découvert, ce n'est pas l'examinateur qui prend la sanction, mais c'est le secrétariat. En raison de l'utilisation des nouvelles technologies de l'information et de la communication, cette année, il y a un contact direct entre les centres d'examen et la police scientifique. Le recours à la police scientifique est autorisé. Les présidents de centre et les secrétariats de centre sont chargés de porter l'information à la police scientifique, quand c'est nécessaire. Des sanctions seront prises, notamment à l'encontre de tous ceux qui seront impliqués dans la fraude. S'il s'agit de l'administration de l'examen, c'est-à-dire du président du centre, des membres du secrétariat, des examinateurs, les sanctions sont prises. Si vous êtes du secteur privé, nous suspendons votre agrément, automatiquement. Si vous êtes du secteur public, nous vous traduirons devant le conseil de discipline, et des sanctions proportionnelles à la faute seront prises. Un candidat pris en train de frauder est suspendu pour 5 ans''.

A en croire le ministre, une réforme du Bts est en vue. ''Mais en attendant, des mesures sont prises pour commencer à rétablir solidement la crédibilité du diplôme. C'est un diplôme professionnel dont l'entreprise a besoin. Il est bon qu'on permette à ceux qui ont bien travaillé durant l'année scolaire, de l'avoir et qu'en arrivant en situation professionnelle, ce soient des cadres compétents mis à la disposition de l'administration publique et surtout du privé'', a poursuivi le ministre qui a remercié le comité en charge de superviser le Bts, le Directeur des examens, concours et orientations (Dexco), Pr Assoumou Abroh Antoine ; le Directeur général de l'Enseignement supérieur (Dges), Ibrahim Lokpo, et les partenaires et l'ensemble des fondateurs qui ont mis les établissements à la disposition de l’État pour le Bts. ''Nous serons attentifs durant la durée des épreuves écrites'', a-t-il conclu.

Notons que pour le Bts 2019, ce sont 56 458 candidats, dont 39 547 dans les filières tertiaires et 16 911 dans les filières industrielles, avec 28 987 filles et 27 471 garçons. 48 706 candidats officiels et 7 752 candidats libres, avec 115 centres d'examen dont 95 à Abidjan et 20 à l'intérieur du pays ont été enregistrés.

 

Dominique FADEGNON

Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte