Anyama

Chassant un agouti: Des jeunes élèves périssent dans une rivière


24/06/2015
(Photo d'archives pour illustrer l'article)
Un drame s’est produit le mercredi 17 juin 2015 à Anyama-Adjamé, bourg situé à 2 km d’Anyama.

Deux jeunes élèves ont trouvé la mort dans la rivière ‘’Tchakoê’’. Comment ce malheureux fait est-il arrivé ? A en croire la chefferie du village d’Anyama-Adjamé et des témoins, c’est qu'en dépit de l’interdiction par le gouvernement de consommer la viande de brousse dans le cadre de la lutte contre Ebola, des personnes, bravant la mise en garde, continuent de se livrer à des parties de chasse dans ce village. C’est ainsi que le mercredi 17 juin 2015, de jeunes gens, au nombre de cinq, notamment des élèves, venus tous de la ville d'Anyama, investissent des plantations situées à l'orée du village. Ils ont avec eux, des chiens de chasse qu'ils excitent avec des « Arri ! Arri ! ( onomatopées visant à encourager les chiens à la traque aux bêtes) ». Creusant des trous et fouillant des fourrés dans un vacarme total, les jeunes élèves, devenus chasseurs, débusquent soudainement un gros agouti. Poussant des cris, ils se lancent aux trousses du rongeur. En première ligne, leurs molosses aboyant. La course- poursuite conduit les protagonistes jusqu'au seuil de la rivière « Tchakoê ». L'agouti et les chiens traversent le cours d’eau envahi à cet endroit par la flore. Une flore qui, justement, ne permet pas de bien distinguer l'eau. Croyant à un simple ruisseau, l'un des élèves s'y lance à grandes enjambées. Hélas, il est pris dans l'étau. Il perd rapidement pied dans la rivière, au fond de laquelle il disparaît. Un autre, voulant lui porter secours, connaît le même sort. C’est la consternation totale chez les trois autres qui ont échappé de peu au même sort. Ils se laissent alors aller à des pleurs et appellent à l’aide. Des paysans qui accourent, ne peuvent rien faire pour les portés disparus. La chefferie est immédiatement saisie du drame. Elle alerte à son tour la brigade de gendarmerie d'Anyama. Les recherches sont engagées en vue de retrouver les deux jeunes élèves dont on imagine aisément ce qu'il est advenu d'eux. C'est seulement 24 heures après, soit le jeudi après-midi, que leurs corps sans vie sont repêchés en présence de leurs parents ne pouvant se contenir. Les dépouilles sont aussitôt transférées à la morgue d'Anyama. Tragique fin pour ces pauvres candidats au Bepc. Ils ne seront, hélas, plus là, à la proclamation des résultats.

Madeleine TANOU ( Info : Jean-F Y à Anyama)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Madeleine Tanou

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2

 

Videodrome