Yopougon : Des lycéens de 14 ans sorciers, font de terribles aveux


Ils sont très jeunes. Ils n'ont que 14 ans. Ils sont dans la même classe à Youpougon-Niangon. Ils ont le même niveau d'études qu'est la 3ème. Ils sont amis et ils sont très mignons. Hélas, ils partagent une morbide passion.

 Ce sont de redoutables sorciers, impitoyables, à la capacité de nuisance incroyable. Des assoiffés de sang, sans cœur. Eux, ce sont C.M et D.M. Fort heureusement, il y a eu plus fort qu'eux, en la personne de la voyante et guérisseuse dame Aïcha, qui les a démasqués.

 

Sur les faits, nos sources rapportent que depuis un bon moment, le père du petit D.M., un militaire, observe que son fils a un comportement bizarre. Des attitudes bien louches, qui ne peuvent être inspirées que par le monde des ténèbres. L'homme décide, alors, d'y voir un peu plus clair. Pour cela, il choisit la voyante dame Aïcha, connue pour ses capacités à percer de tels mystères, par la voie du Christ.

 

Ainsi, le mercredi 20 septembre 2017, l'homme en tenue, flanqué de son fils « suspect », se déporte au cabinet de la voyante. Cabinet situé dans les environs de l'Institut des aveugles, à Yopougon. Mais à peine le paternel et son gosse franchissent-ils le seuil du cabinet, que dame Aïcha est comme frappée par une puissante force occulte. Elle envoie une réplique spirituelle, avec des louanges à la gloire du Seigneur. Et là, il se produit une scène curieuse. L'élève en effet, comme ébranlé, bousculé par une force invisible, s’affaisse sous le regard de témoins médusés, dont son père lui-même.

Mais ce dernier le sera encore plus, lorsque dame Aïcha lui révélera, sans passer par quatre chemins, que son fils est un dangereux sorcier, possédant un pouvoir occulte, dévastateur. D'ailleurs, le garçon, assis à même le sol, totalement « brisé », comme quelqu'un, qu'on vient de démasquer, avoue. « Oui, maman Aïcha, je suis un sorcier et tu viens de me prendre, grâce à ta puissance, inspirée de Dieu. Nous les sorciers, craignons beaucoup Dieu et les personnes qui le prient beaucoup ».

 

Puis, le lycéen d'avancer que c'est son ami de classe, C.M., qui l'a initié à la sorcellerie et qui l’intègre à sa confrérie. Et depuis lors, ils se livrent à des actes machiavéliques, au sein de leur bande. Sous sa conduite, le père de son ami est saisi. Et ce dernier, complètement « sonné » par ce qu'il vient d’entendre, conduit son fils C.M. dans le cabinet d'Aïcha. Et sur place, les deux gosses font des aveux terribles, renversants.

Ainsi, on apprend de C.M., que c'est sa grand-mère maternelle qui l'initie à la sorcellerie et l’intègre à sa confrérie. Une confrérie dont il ambitionne lui aussi, de prendre un jour, la tête. Et d'ailleurs, il explique qu'il n'est plus qu'à deux doigts, de s'installer sur le « trône en or ». Trône occupé pour l'heure, par son initiatrice, à laquelle toute leur confrérie fait allégeance, et qu'elle appelle « Reine ».

Les deux gamins expliquent par la suite, que pour opérer, ils se transforment en divers animaux. Entre autres, en hiboux, en serpents, en cafards, en éléphants.... Des transformations bestiales, adaptées à leurs différentes missions. C.M rapporte qu'il est très heureux dans son monde occulte, où il occupe divers postes. Des fois, il est comptable. Des fois aussi, il est transitaire et fait venir, d'un peu partout dans le monde, des bateaux bourrés de biens.

 

Il rappelle que son ambition personnelle en ce moment, étant de s'asseoir un jour, sur le trône, sa confrérie lui demande d'abord, de faire preuve d'un haut fait d'arme. Celui de livrer, l'âme d'un être cher. Ce à quoi il adhère, au nom de sa sombre ambition, qui passe d'abord par tuer encore plus de personnes et de rencontrer enfin, la sirène des eaux, pour sa consécration. Cela dit, le môme choisit comme mouton de sacrifice, son propre père.

 

Puis, il déroule un bien sombre plan, visant à liquider son géniteur éberlué t'entendre tout cela : « J'ai déjà livré à ma confrérie, l'âme de mon père. C'est une coquille vide que vous voyez là de lui. Le coup de grâce, lui sera porté exactement, le lundi 11 décembre 2017. Dans notre plan, mon père doit demeurer en apparence en très bonne santé. Et c'est en se rendant au Plateau qu'il aura un malaise et s'affaissera, mort. Et lorsqu'une autopsie sera pratiquée sur son corps, il sera découvert dans son abdomen, du poison contenu dans son dernier repas, qu'il aura consommé». Le lycéen note que l'option du poison dans le repas, n'est pas fortuite.

 

C'est qu'il veut faire porter le chapeau à la femme de son père, pour se venger d'elle. Parce que, dit-il, c'est pour elle que son père a chassé sa mère. En découvrant le poison dans le repas qu'elle aura préparé, c'est donc elle, qu'on accusera, d'avoir tué son père. Ainsi, elle va être répudiée par sa belle-famille. Et mieux, elle sera arrêtée. D'ailleurs, il revendique les nombreuses fausses couches, connues par cette pauvre femme, pour ne pas qu'elle connaisse la joie de l'enfantement, avec son père. Un plan vraiment cruel.

 

Peu après, C.M. est rejoint dans la litanie d'aveux macabres, par son compère D.M. A en croire ce dernier, lui aussi a déjà livré son père militaire, à sa confrérie qui devra en faire un prochain festin. Festin macabre, prévu pour se dérouler, en début du mois de janvier 2018. Et c'est en prévision à ce « souper » que l'âme du pauvre papa est déjà enfermée dans un canari. Mais en attendant, il a impliqué son père dans un terrible accident de la route qui a failli lui couter la vie. Et ça, c'était juste pour une démonstration de son savoir-faire mystique. Par ailleurs, il soutient que les autres le mettent en garde, contre une révision de sa position. Si jamais il délivrait l'âme de son père, c'est lui qu'ils tueraient.

 

De jeunes mains souillées de sang

Poursuivant leurs aveux, les deux jeunes garçons révèlent que provoquer les accidents de la circulation, est un jeu d'enfant pour eux. Pour cela, ils se transforment en oiseaux et vont se poser sur des poteaux électriques, bordant l’autoroute du nord. Et lorsqu'ils voient venir des véhicules, ils tournoient au-dessus de ceux-ci. De sorte à prendre possession de l'esprit des conducteurs, à les troubler mystiquement, pour leur faire perdre le contrôle de leurs véhicules. Et c'est ainsi parti, pour de terribles accidents de la route. Avec des morts et autres blessés qui se comptent à la pelle. C.M donne même un exemple effroyable de sa cruelle capacité de nuisance. « Un de ces jours, à Abobo-Anador, je vois une femme traverser la route, avec son enfant. Et le véhicule qui arrivait, je le pointe juste du doigt et pousse ainsi le conducteur à ne plus se contrôler. Il appuie alors fortement sur l'accélérateur et va carrément ramasser la femme et son enfant. Les tuant sur le coup » relate-t-il.

 A lire aussi: Refusant de mourir, un vieux soricer échange sa vie contre celle de l'unique fils de sa soeur

Toujours dans son envolée obscure, C.M. rapporte qu'il reçoit également de la « Reine » de leur confrérie, mission de combattre les hommes de Dieu. Notamment, les pasteurs qu'il dit être moins puissants que les prêtres. Ainsi, il se rend dans une église pentecôtiste. Et pendant que les fidèles chantaient à se rompre les cordes vocales, il actionne son pouvoir mystique et lance de mauvais sorts à certains d'entre eux. Précisément, sur ceux qui semblaient beaucoup plus zélés, dans leurs façons de glorifier Dieu. Et ce mauvais sort-là, consiste à les humilier, lorsqu'ils les fait uriner sur eux-mêmes, en pleine église.

Et pour s'occuper du pasteur, il fait venir dans le temple, une nuée de mouches. Des mouches qui à la vérité, sont des enfants transformés, que sa confrérie recrute, pour les initier, dans leur « école de formation à la sorcellerie ». Et les « bestioles » envahissent l'autel. Empêchant, le guider religieux à mener à bien, le culte. Prenant le relais des aveux, D.M. raconte que ceux qui croient être en sécurité dans leurs maisons, parce que les portes et fenêtres sont verrouillées pendant la nuit, se leurrent gravement. Pour atteindre ces cibles-là, ils se transforment tout simplement en cafards ou en moustiques, pour pénétrer dans les maisons, par les moindre fissures. Puis, ils « frappent » la cible et s'en vont tranquillement.

 

D.M. ajoute également que la provocation des échecs scolaires des autres, c'est leur affaire. Faire péricliter des affaires financières, c'est également leur affaire...Les terribles gamins, qui racontent également œuvrer à anéantir financièrement leurs parents, et qui ont déjà établi la liste de personnes à « bouffer » parmi même, leurs propres proches, étendent leur puissance occulte, sur leurs propres camarades de classe, les plus brillants. Et comment ?

Selon eux, en altérant mystiquement leur intelligence, en falsifiant leurs écritures, pour leur faire obtenir de minables notes. Et eux, héritent des meilleures moyennes. En tout cas, prétendre relater tous les méfaits de ces jeunes criminels d'un autre genre, donnerait le tournis. En tout cas, ce sont ces jeunes démons, bras-droits de Lucifer, que dame Aïcha vient de neutraliser, en détruisant leurs pouvoirs de sorciers, pour leur bonheur, comme ils le reconnaissent.

Et par la même occasion, la voyante s'active à délivrer les âmes capturées, de leurs victimes. A commencer par celles de leurs propres pères. Comme on le voit, aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. Seulement qu'ici, la valeur n'est pas celle que l'on désire. Parce que, tout simplement, funeste.

 

Notons, pour terminer, que le militaire, père du petit D.M., entend ester en justice, contre la grand-mère de C.M. Vu que c'est elle qui a initié son petit-fils à la sorcellerie et que ce dernier, est venu à son tour, recruter son fils à lui.

 

KIKIE Ahou Nazaire    

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

 

Kikié Nazaire

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte