Yamoussoukro

Son domicile attaqué, un enseignant tailladé à la machette, sa sœur et un enfant blessés par balles


Photo d'illustration

Malgré la présence permanente des éléments de la gendarmerie et de la police sur le terrain, les jours passent et se ressemblent malheureusement, au niveau du District autonome de Yamoussoukro.

La situation sécuritaire se trouve toujours marquée par de fréquents cas d’attaques à main armée. Toute chose qui n’est pas sans susciter l’inquiétude des populations, qui ne savent plus vraiment à quel saint se vouer.

Dans la nuit du dimanche 5 au lundi 6 novembre 2017, aux alentours de 2h du matin, une famille vivant à Djamalabo, localité située dans le périmètre de l’aéroport international de Yamoussoukro, à environ 12km de la capitale politique, a vécu des moments difficiles. En cause, l'attaque menée par un commando d’au moins quatre individus, lourdement armés, qui a investi la cité des enseignants de l’école du village. Particulièrement, le domicile de K.K. Edmond., le tenant de la classe de Ce1.

Sans aucune forme de procès, les malfrats fracassent la porte principale de la demeure. Puis, celle de la chambre principale et se retrouvent dans l’intimité de l’instituteur et de sa femme. «Edmond, nous sommes là pour prendre l’argent et tu le sais !», lance un des bandits encagoulés, à la face du chef de famille, qui venait d’être brutalement tiré de sommeil. Les quidams passent alors à l’œuvre, en fouillant la chambre de fond en comble. La somme de 120 000 F Cfa et des téléphones-portables sont volés.

A relire: Echanges de tirs à Adjamé/ Deux braqueurs tués

Pendant ce temps, d'autres membres du gang font irruption dans la chambre des visiteurs où se trouvait dame K.O., la sœur aînée de l'enseignant, en compagnie d’un enfant. Mais là, les choses se gâtent très rapidement. En effet, un coup de feu est tiré et la pauvre dame est grièvement atteinte dans les fesses, lorsque l’enfant couché près d’elle est blessé, lui, à la main.

De l’autre côté, Edmond, tailladé à la machette par le gang, n’a plus d’autre choix que de vaincre la peur. Pour lui, avec le coup de feu entendu, sa sœur venait d’être certainement abattue, et il n'est plus question de se laisser faire. Il se jette alors sur le malfrat qui se trouve avec lui dans la chambre. A la suite de la lutte engagée entre les deux, l’instituteur réussit à désarmer son vis-à-vis. Mais un autre bandit, muni d’un long couteau surgit et vient en aide à son acolyte. Permettant ainsi, de rétablir le rapport de forces en faveur des visiteurs indélicats.

Convaincus que les populations, alertées par la détonation d’arme à feu, ne tarderaient pas à venir voir ce qui se passe, du côté de l’école, les bandits quittent les lieux avec leur butin

Plus tard, les victimes sont évacuées au service des urgences du Chr de Yamoussoukro, où dame Odette dont le cas semble critique devrait subir une intervention chirurgicale. Intervention devant permettre d’extraire les nombreuses balles de ses deux fesses, totalement bousillées, selon l’analyse médicale effectuée. Informées, les forces de l'ordre mènent des investigations, en vue de retrouver les auteurs de l’attaque sanglante.

 

Camille SIABA (Correspondant régional)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte