Tiassalé /Trouvant sa peine trop lourde : Un condamné s'en prend violemment au juge en plein tribunal


Pour des faits de vol de nuit, à main armée, Koné Mamadou 23 ans, se retrouve dans de beaux draps, face à la justice, à Tiassalé. En ces lieux, alors qu'on s'attend à un repenti de sa part, il va plutôt montrer un caractère belliqueux.

De quoi s’agit-il ? Des informations en notre possession, il revient que dans la nuit du 21 au 22 octobre 2017, Koné Mamadou se retrouve à Binao, localité de la sous-préfecture de Gbolouville, dans le département de Tiassalé. En ces lieux, sa cible est la boutique de S. Yaya, à l'intérieur de laquelle il s'introduit. Et, en l'absence de ce dernier, il y chipe de la cigarette et d’autres objets. Mais ce butin, il le trouve bien trop famélique. Voulant lui donner un peu plus de relief, il s'attaque à A. Lasme. Ce dernier qu'il maîtrise à l'aide d'un couteau, il lui soutire la somme de 1500 F Cfa. Aussitôt après, il s'invite au domicile de dame K. Kota. Toujours avec la complicité de son arme blanche, il détrousse la pauvre femme de la somme de 12 000 F Cfa.

Mais alors qu'il croit s'évaporer des lieux en toute impunité, la dame appelle à l'aide. De bonnes volontés accourent. Le scélérat pense s'échapper, en se lançant dans un sprint. Erreur, il est chopé. Après un traitement de choc, Sidi Yaya ligoté, est immédiatement conduit à la brigade de gendarmerie de Tiassalé. Plus tard, le voleur est mis à la disposition du tribunal de la localité.

A lire aussi: Divo/ Il braque le président du tribunal

Le mercredi 8 novembre 2017, c'est le procès du mis en cause. A la barre, Sidi Yaya reconnaît les faits qui lui sont reprochés. Après quoi, il confesse avoir agi sous l’effet de l’alcool. Après sa reconnaissance des faits, il est condamné à 10 ans de prison, sur la base des circonstances aggravantes, décelées dans son acte.

Et là, contre toute attente, le voleur de Binao, à l'instant calme comme un gentil toutou, se met en colère. Il trouve la peine à lui infligée, trop lourde, pour un butin dérisoire, selon ses propres termes. Puis, il s'en prend violemment au juge, à qui il lance des propos irrévérencieux. « Tue-moi en même temps, au lieu de me laisser moisir en prison. Je n'ai aucun parent en vie, pour venir me soutenir toutes ces années durant, en prison. Je te dis que la mort est préférable aux 10 ans de prison, que tu me donnes ! », jette à la face du juge, le condamné tout excité.

Les éléments des forces de l'ordre, présents dans la salle, ont dû maîtriser un Sidi Yaya tout en rogne et voulant en découdre avec les magistrats.

 

Raphaël  ZOHOURI (Correspondant régional)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

 

 

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte