Daloa : Un gendarme promu à un grade supérieur, se tire une balle dans la tête


La Gendarmerie nationale est en deuil. Elle a perdu un de ses éléments dans des conditions dramatiques. Et cet élément-là, est le Mdl-chef Coulibaly Sofigué, en service à la brigade routière de Daloa. Mais comment expliquer ce drame complètement inattendu, qui continue encore de secouer la ville de Daloa ?

En effet, à en croire nos sources, dans la journée du samedi 30 décembre 2017, l’homme se rend comme d'habitude à son job. Puis, il assure tranquillement et dans la bonne humeur, son service. Dans son attitude et les traits de son visage, rien, absolument rien, n'indique qu'il est soucieux.

Plus tard, à sa descente du boulot, aux environs de 18 h, le Mdl-chef Coulibaly Sofigué se rend dans un maquis situé à quelques encablures de son unité. Il a l'habitude de s'y attabler, pour passer du bon temps, lorsqu'il n'est plus en service.

Une fois qu'il prend place dans un angle dudit maquis, Coulibaly Sofigué commande à la fois, deux bouteilles de bière, qu'il vide quasiment d'un trait. Tout de suite après, il passe la commande d'une autre bouteille d'alcool. Et cette fois, c'est du vin rouge. Il s'envoie des gorgées de cet alcool fort, à un rythme assez impressionnant.

A lire aussi: Abobo/ Un gendarme exécuté dans un maquis par un commando

C'est d'ailleurs cela qui surprend l'une des serveuses. Cette dernière lui demande s'il a des soucis ? Puis, la demoiselle qui le connaît très bien, de plaisanter : « En tout cas, si tu es ivre, et que tu ne peux plus rentrer chez toi, sache que nous allons toutes te faire l'amour ! ». L'agent des forces de défense et de sécurité, répond tout penaud, que tout va très bien au contraire. Puis, il demande à la jeune fille, de servir également à boire, à son compte, ses collègues l'ayant précédé dans le maquis.

Après avoir reçu des mots de remerciements de la part des autres gendarmes, Coulibaly Sofigué fait appel à la serveuse, et paye sa facture. Puis, il se lève et se dirige vers la sortie un peu dérobée.

Et là, tout d'un coup, on entend un coup de feu dont la détonation fait littéralement trembler le maquis. Quelques clients dont les gendarmes, accourent vers l'endroit d'où le coup de feu est parti. A cet instant précis, ils découvrent tous l'horreur. Coulibaly Sofigué venait de se tirer une balle dans la tête. Affalé dans son siège et mort, son arme dégageant encore l'odeur de la poudre, traîne au sol. La nouvelle va très vite. Le maquis où le drame vient de se produire, est pris d'assaut par des collègues du défunt et autres badauds. Personne n'en croit ses yeux.

Des éléments de la brigade de recherche, arrivent sur lieux et procèdent au constat d’usage. Une enquête est aussitôt diligentée, en vue de savoir les raisons exactes du suicide de Coulibaly Sofigué qui, pourtant, révèle-t-on, venait le jour même, d'être promu Adjudant.

Mais déjà, sur les causes du suicide, certaines indiscrétions laissent entendre, qu'une histoire de femme, en est la base. Vrai ou faux ? On ne le sait pas encore. L'enquête de la brigade de recherche, est donc très attendue de la ville de Daloa, pour comprendre ce qui a pu arriver au malheureux gendarme. Qui au lieu de célébrer sa promotion, a plutôt préféré se donner la mort. Franchement triste !

 

Julien LENOIR (Correspondant régional)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

 

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte