Gonzagueville

Affaire ''un petit garçon découvert mort dans d'une voiture'' : Le pasteur arrêté, son épouse aussi, ce que révèle l'autopsie du corps


Rebondissement total dans l'affaire criminelle qui s'est produite au sous-quartier « Ibo Charles », à Gonzagueville, dans la commune de Port-Bouët. Affaire que nous avions évoquée dans nos colonnes, le samedi 27 janvier 2018. Il s'agit de cette affaire où Christ Othniel, âgé de 4 ans, découvert mort, à bord du véhicule d'un pasteur.

Pour revenir sur l'histoire, nous avions indiqué que le dimanche 21 janvier 2018, l'électromécanicien, N'Guessan Konan, part de son domicile au sous-quartier « Ibo Charles », pour l'église. Mais avant et comme d'habitude, il confie à sa fille de ménage, son fils Christ Othniel dont il ne vit plus avec la mère.

Plus tard, le gosse soutenant avoir faim, la servante se rend dans la cuisine, pour lui faire rapidement à manger. Mais lorsqu'elle ressort avec le plat, elle ne voit plus le môme qui jouait pourtant, juste en face de la maison. Elle croit alors que le gosse est dans les environs. Que nenni ! C'est en vain qu'elle le cherche.

Informé de la situation, N'Guessan Konan rentre à la maison. Et avec la mère de l'enfant, entre-temps alertée, il se met à chercher le gosse ; écumant le quartier. Rien. Aux alentours de 17h, le pauvre père, fortement affligé par la disparition incompréhensible de son fils dont il ignore du reste ce qu'il est advenu de lui, se rend au commissariat de police du 24ème arrondissement. Il y fait part de la situation de son petit garçon.

Mais dans son dos, il va se produire un fait totalement ubuesque. C'est que la voisine, Avessi Hélène, une Togolaise née en 1981, sort de son domicile, et trouve la mère de l'enfant porté disparu. Elle note que pendant sa prière intense, à la maison, en compagnie de son époux, le pasteur Emmanuel Sunday Ojo, un Nigérian et bien d'autres coreligionnaires, Dieu lui fait une révélation. Et quelle est cette révélation ?

A l'en croire, pendant sa prière, le Seigneur lui demande de se lever et de se rendre au véhicule de son mari, garé dans leur cour. Et lorsqu'elle obéit tout simplement au Tout Puissant, elle y découvre inconscient, mais vivant selon elle, Othniel que tout le monde recherche depuis.

Et toujours selon ses propos, elle retire l'enfant de la voiture, et va l'étendre sur le canapé, dans leur salon. Puis, tous sont en ce moment-même, en train de prier sur lui, pour le sortir de son état d’inconscience. Et de rassurer la maman, de ce qu'elle n'a pas à s'en faire. Mais quelle est cette histoire ?

Sur ces entre-faits, la mère déboule dans la maison du pasteur. Mais lorsqu'elle récupère son fils au milieu de ces fidèles et de leur pasteur, elle se rend compte, qu'il est plutôt mort, et non simplement inconscient, comme le prétendait à l'instant, la femme de l'homme de Dieu. C'est l’indignation totale dans le quartier.

Chacun se pose alors des questions. Pourquoi la femme du pasteur, qui dit avoir retrouvé l'enfant dans la voiture de son mari, sur « l'éclairage » de Dieu, n'alerte pas tout de suite, ses parents, et privilégie des prières sur lui? Pourquoi Avessi Hélène, avec l'aval de son mari, indique que l'enfant n'est qu'inconscient, alors qu'ils savaient pertinemment, qu'il est mort ? Bien bizarre.

On commence fortement à les suspecter, pour ce qui apparaît aux yeux de leur entourage comme un meurtre. Et c'est sur la base de ces soupçons que, logiquement, les éléments de la Police criminelle qui débarquent le même soir sur place, interpellent le couple, et le conduit à leur base, au Plateau. Ce, pour les besoins de l'enquête.

Mais, coup de théâtre ! La même nuit, en effet, le pasteur Ojo Sunday et sa femme Avessi Hélène sont autorisés à regagner leur domicile. Sous prétexte qu'il n'y a pas d’éléments tangibles, pouvant justifier leur arrestation. En les voyant de retour, la colère monte dans le quartier. Le couple est menacé d'être lynché par des populations sur les dents.

L’apprenant, la brigade de gendarmerie de Port-Bouët décide de reprendre l'enquête à son compte. Des gendarmes se rendent donc sur place, et interpellent le couple, pour le garder à vue, dans ses locaux d'abord, pour sa sécurité, et aussi, pour nécessité d'enquête surtout.

Et pendant ce temps, les parents du petit Christ Othniel, déterminés à connaître les causes de la mort de leur enfant, s'échinent comme ils peuvent, et réunissent l'argent, pour l'autopsie. Celle-ci réalisée, laisse découvrir entre autre, que le petit garçon est mort par asphyxie. Ce qui n'est pas du tout fait pour arranger les affaires du pasteur et de sa femme.

C'est pourquoi, présentés comme les principaux suspects dans cette sombre affaire, leur garde à vue est prolongée dans les normes. Et hier mercredi 31 janvier 2018, le pasteur Ojo Sunday Emmanuel et sa femme, Avessi Hélène, ont été déférés devant le parquet, au Plateau.

 

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte