4ans après le décès de son neveu: Un Ivoirien vivant aux Etats-Unis fait de graves révélations et saisit la justice contre sa belle famille

Dr Albert Ngo: « La survie de ma famille est en jeu…! »
La réaction de la principale mise en cause

Quatre ans après le décès de son neveu, Dr Albert N'go, Ivoiriens résidant au Etats-Unis, porte des accusations graves contre l'épouse de son ainé et de sa famille contre lesquelles il a porté plainte au tribunal d'Abidjan. Une affaire rocambolesque qui pourrait connaitre des rebondissements dans les semaines et mois à venir. 

Il reste convaincu que le décès de son neveu, feu Kouakou Kouamé Ghislain, n’est pas une mort naturelle. Dr. Albert Ngo, chercheur en Sciences pharmaceutique, aux Etats-Unis où il réside, a décidé de porter plainte pour en savoir davantage. Quatre ans après les faits, il n’en démord pas. Le 2 juillet dernier, il a porté plainte au tribunal de première instance d’Abidjan Plateau contre quatre personnes vivant en Côte d’Ivoire. Ces mis en cause, il les accuse ouvertement pour fait de « meurtre » de son neveu feu Kouakou Kouamé Ghislain dont le décès est survenu en 2014. Une affaire rocambolesque dans laquelle le plaignant dénonce des pratiques de charlatanisme, de sorcellerie, d’envoûtement et de tentative de meurtre par empoisonnement dont plusieurs membres de sa famille et lui auraient été la cible. Aussi, l’universitaire vivant aux Etats-Unis a-t-il décidé de recourir à la justice pour connaitre de ces faits qu’il classe au nombres des infractions prévues et punies par les articles 205, et 186 à 188 du code pénal ivoirien. De quoi s’agit-il ?

Récit rocambolesque

L’expert en pharmacie vivant aux Etats-Unis raconte ce qui s’est passé depuis 1998 où il remonte les faits qui fondent sa conviction. Il explique comment il s’est retrouvé à vivre, après l’obtention de son Bepc en 1998 et son orientation en classe de seconde C au Lycée municipal d’Attécoubé, avec son frère ainé, K.N, au domicile de dame Niamké Bénié Chantal, « concubine » de ce dernier. Une vie qu’il partagera avec son défunt neveu et d’autres membres de sa famille. Mais, ce cadre de vie, révèle M. N’go, ne sera pas un endroit paisible pour sa famille et lui, car, précise-t-il, « il y avait un gros souci. Toute la maisonnée était embarquée dans des pratiques mystérieuses d’adoration de l’esprit de ‘’Mamie Wata’’(la sirène des eaux, Ndlr) par les sœurs Niamké Bénie Chantal, Niamké Alloua et leur mère ». En plus de cela, poursuit le plaignant, il y avait des phénomènes paranormaux dans cette maison. « Par exemple, je sentais la présence d’une force qui m’immobilisait par moment bien que j’étais en éveil, lorsque j’essayais de faire la sieste. J’ai un neveu aussi qui a eu à vivre cette même expérience durant un bref passage dans cette maison. Je crois que la maison était hantée par cet esprit ‘’Mami Wata’’ », raconte l’universitaire, qui se souvient, à cette époque, de la disparition de plusieurs effets personnels dont ses dessous séchés dans la cour, et de plaies qu’il observait entre ses jambes. Des signes qui vont disparaitre dès qu’il aurait quitté la cour de ces hôtes en novembre 2010.

Des maltraitances subies, l’actuel cadre en sciences pharmaceutique n’en finit pas de compter sous le toit de son aîné qu’il dit être sous la domination de sa concubine et de sa sœur qui l’aurait « envoûté ». Ce dernier aurait du mal à prendre soin de ses propres enfants victimes de diverses maladies dont les enflements, les œdèmes du corps, etc. « Au départ, je trouvais la réaction de mon frère bizarre, et étrange. Je lui ai même dit qu’il a beaucoup changé et qu’il n’était plus le frère que je connaissais, c’est-à-dire le frère gentil et responsable. Quand j’ai su que mon frère ainé K.N. a besoin d’aide et qu’il n’était plus maître de lui-même, mes relations avec Dame Niamké Chantal et sa sœur Niamké Alloua se sont fortement dégradées », raconte Albert N’go. Qui souligne avoir été, lui-même, victime d’un empoisonnement le 31 août 2010, suite à la consommation de la nourriture envoûté servie par Mme Alloua Niamké.

Les propos qui fondent sa conviction

Des analyses médicales ont-elles révélé que son neveu est décédé des suites d’un empoisonnement ? « Les œdèmes, gonflements et inflammations dont nous souffrions ont fait l’objet de consultation dans un service de santé sans trouver la cause réelle de nos souffrances ». Toutefois, le docteur en Sciences de la pharmacie se convainc d’une chose. Son neveu aura été l’une des premières victimes pour atteindre son ainé K.N, qu’il se garde de nommer. Il se base sur les dire de Egnankou Niamké, frère ainé des deux dames précitées, qu’il accuse également d’être dans le coup. Ce dernier lui aurait avoué ceci, alors qu’il s’était interdit de toucher au repas de dame Alloua : «Albert, tu sais, pour abattre l’arbre, il faut couper les branches. Albert, il faut être humble et tu iras au paradis…». Propos qu’aurait approuvés Chantal Niamké, qui ajoutera: «Il ira plutôt en enfer, il n’a rien eu du tout… ». De quoi à faire dire à M. N’go - dont un rapport médical révélerait des douleurs articulaires et inflammations partout sur le corps avec des causes inconnues -, que «l’arbre», c’est son frère ainé K.N. La famille Niamké cherchant à le sacrifier pour l’esprit qu’elle adore. « Les branches sont ses neveux et frères qu’il faut tuer pour pouvoir faire tomber ‘’l’arbre’’. Pour preuve, une ‘’branche’’ a déjà été coupée. C’est la mort de mon neveu Kouakou Kouamé Ghislain ».

L’Universitaire reste formel : « Je crois que mon neveu Gislain a été victime de pratiques de sorcellerie. Je pense que la mort de mon neveu a été préméditée par la famille de Niamké Bénié Chantal. C’est dans des conditions mystérieuses que mon neveu Ghislain est mort ». Le défunt, fait savoir le plaignant, a terriblement souffert d’une série de maladies au point de perdre l’usage de ses membres et de finir sourd-muet. Il ne s’étonne pas que depuis son décès en janvier 2014 à l’hôpital général de Toumodi, dame Niamké n’ait jamais daigné présenter des condoléances à sa famille. « Pis, lorsque je la traite de criminelle, elle reste silencieuse comme si ce n’est pas un être humain qui est décédé. Je pense que c’est un silence coupable », déduit l’homme de Sciences, qui révèle avoir envoyé plusieurs messages téléphoniques à la principales mises en cause, Niamké Solange, sans réaction de sa part.

Dr. N’go, pour que la vérité soit connue, n’écarte pas l’option d’une autopsie pour déterminer les causes réelles du décès de son neveu. « On verra la conduite à tenir en fonction de l’évolution du dossier au Tribunal », se promet-il. Mais, pourquoi avoir attendu 4 ans après pour porter l’affaire au tribunal ? « A l’époque, je ne pouvais pas porter plainte puisque je n’avais pas les moyens financiers », justifie-t-il, non sans interpeller les dirigeants ivoiriens. « Il faut que les autorités ivoiriennes se penchent sur cette affaire. Il s’agit de la survie d’une famille. Je veux que Niamké Bénié Chantal, en personne, sorte de son silence. Ce sera une grosse perte pour ma famille si l’arbre dont parle l’un des mis en cause tombe. L’enjeu de la plainte c’est d’empêcher que l’arbre tombe. C’est un combat d’honneur. En plus de cela, je veux que justice soit rendue à feu Kouakou Kouamé Ghislain, les autres victimes et à moi», réclame Albert N’go, qui ajoute à la liste des mis en cause leur génitrice vivant à Dabou.

La version de dame Niamké Chantal

Joint pour en savoir sur les graves accusations portées contre elle, dame Chantal Niamké ne semble pas surprise. L’épouse de K.N, en service à Agnibilékro, vit déjà cette mauvaise ambiance qui règne entre elle et son jeune beau-frère. Elle s’offusque de l’attitude de Dr Ngo et donne sa version de ce qui s’est passé avec Ghislain Kouakou. « Quelqu’un qui est mort de tuberculose, comment pourrais-je le tuer ? Ils étaient deux enfants à bas-âge qui sont venus avec moi. C’est avec moi qu’ils ont grandi. Ils ont fait la classe de Cp1 jusqu’à la terminale. Ils sont allés dans leur propre village. A leur retour, le plus petit est tombé malade. A la suite de cela, on a parlé de fièvre cérébrale qui tendait vers la méningite. Il est mort de tuberculose. Les papiers sont là. C’est de cela même que son père même est décédé ». Et dame Niamké de s’interroger sur le mobile des agissements du cadet de son mari. « Je ne sais pas. Quelqu’un qui a grandi chez moi, qui a mangé chez moi jusqu’à ce qu’il ait une bourse pour aller aux Etats-Unis. J’ai participé même à ses frais de voyage. Si tu ne peux pas me dire merci, ce n’est pas la peine d’inventer du n’importe quoi pour mettre sur moi ». L’épouse de KN se défend contre toute idée de pratiques occultes et menace même de porter plainte à son tour contre son ancien protégé. « Je ne me reconnais pas dans çà. Moi, je n’ai que mon Dieu. En fait, il est jaloux, et il veut me faire du mal. C’est un enfant qui est ingrat. C’est pour cela j’ai déjà contacté un avocat. Je vais me rendre sur Agnibilékro pour aller porter plainte au tribunal de première instance contre lui. S’il doit venir pour qu’on l’entende, on va en parler. Parce que ça devient autre chose maintenant ».

 

F.D.BONY

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte