Yopougon : Le gérant d'une agence de transfert d'argent attaqué à sa descente; Plusieurs millions de F Cfa et une moto emportés


B.B., gérant d'une agence de transfert d'argent, est actuellement amer contre les animateurs de la pègre. Ces derniers qui l'ont attaqué à la fermeture de sa structure, située dans la commune de Yopougon, ont emporté cinq (5) millions de F Cfa et une moto. C'était dans la nuit du jeudi 16 août 2018.

De fait, selon nos sources, ce jeudi-là, nous sommes aux environs de 22h. Et à cette heure-là, B.B. qui a fermé les portes de sa structure commerciale, tente à présent de s'arracher des lieux pour rejoindre son domicile. Mais là, le gérant voit deux individus, à pieds, venir vers lui. Il croit avoir affaire à des clients attardés, et il regrette d'avoir déjà tout fermé. Ça pourrait être une bonne affaire pour lui, pense-t-il. Que non !

En effet, ces deux individus sont loin, très loin-même, d'être des clients ordinaires. Eux, sont plutôt des bandits et ils ne tardent pas à le démontrer, quand l'un d'eux brandit une arme à feu. Notamment un pistolet automatique, jusque-là caché sous son vêtement. Et sous la menace de leur arsenal de feu, les deux gangsters intiment l'ordre au gérant de leur remettre le sac en sa possession. En tout cas, s'il tient encore à sa vie.

A relire: Braquage spectaculaire au dépôt Sotra non loin de l’aéroport : Des bandits vident un convoi de fonds

Parce qu'ils sont convaincus que ce sac en bandoulière, collé à son propriétaire, pourrait faire leur affaire, car il contient de toute évidence la recette. B.B., n'a pas d'autre choix que de céder son sac contenant environ la somme de cinq millions de F Cfa qui échoue dans les mains des scélérats.

Le butin conséquent en leur possession, les deux malfrats, tout heureux, quittent les lieux de l'attaque qu'ils viennent de perpétrer à l'instant. Mais cette fois, pas comme ils sont arrivés à l'instant à pied. En effet, ils s'évanouissent dans la nature sur la moto de leur victime.  

Remis de son choc un tant soit peu, B.B. part immédiatement saisir la police, où il dépose une plainte. Des agents des forces de l'ordre effectuent le déplacement afin de procéder au constat d'usage. Puis une enquête est aussitôt ouverte, aux fins de mettre le grappin sur les auteurs de l'attaque à main armée.

 

Madeleine TANOU

 

 

 

 

Madeleine Tanou

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte