Adjamé : Un jeune homme égorgé en pleine gare routière


Les criminels infestant la gare routière d'Adjamé, comme des rats dans des lugubres égouts, ont encore fait parler d'eux. Cela, de la triste façon, composant leur « Adn ». Et c'est un malheureux jeune homme qui va payer de sa vie, la sombre détermination de ces « ténias » à faire mal, très mal même, aux autres.

De sources introduites, on apprend que le jeudi 16 août 2018, un jeune homme d'une trentaine d'années, bien habillé dans une chemise noire à manches longues, d'un pantalon Jeans assorti, et portant une paire de chaussures de couleur rouge, se dirige vers la gare des « gbakas», desservant la ligne Abidjan-Bingerville. Vraisemblablement, il a l'intention de se rendre dans l'ancienne capitale de la Côte d'Ivoire. Nous sommes aux alentours de 23h.

Mais l’infortuné n'arrivera jamais à destination. Cela, par la faute de ces hors-la-loi, qui font leur loi sur le périmètre de l'ancienne gare routière. En effet, alors qu'il passe son chemin, trois individus sortent de nulle part et encerclent le jeune homme. Armés de couteaux, ils exigent de lui ses biens. Et se faisant menaçants, ces bandits laissent entendre que toute résistance de sa part lui coûterait très cher.

A relire: Yopougon : Un jeune garçon éventré et égorgé

Mais les scélérats, après leur formule usuelle pour la forme tout simplement, ne laissent même pas le choix au garçon. Ils se jettent sur lui tout en lui portant de violents coups, à l'aide de leurs armes blanches. Le coup de grâce est porté par l'un des quidams, qui passe le tranchant de son couteau dans le cou de la victime. L'égorgeant littéralement.

Le jeune homme se vidant de son sang au sol, les malfaiteurs qui se fichent complètement de son état désespéré, lui prennent plutôt de force ses biens et c'est la fuite. Disparaissant dans les dédales de la gare, avec la complicité de l'obscurité.

Les badauds qui sortent maintenant de leur torpeur, accourent sur le lieu de l'agression sauvage. Et là, tous se rendent compte que l'on ne peut plus rien faire pour le jeune homme. Il a succombé à ses graves blessures.

La police informée, des agents se déportent sur les lieux. Après le constat d'usage, le corps du pauvre qui n'a pu être identifié, faute de papiers emportés par ses tueurs, est enlevé par les services des pompes funèbres. Des recherches policières sont aussitôt mises en route, pour retrouver les meurtriers.

 

Madeleine TANOU

Madeleine Tanou

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte