Yamoussoukro / Logés dans un hôtel : De faux cadres, participants à des colloques et séminaires, arrêtés


L'option de Binaté Youssouf, le préfet de police de Yamoussoukro, qui met un point d’honneur à la collaboration avec les populations, à l'effet de traquer au mieux les bandits, semble être un remède assez efficace. En témoigne le beau coup de filet, réussi le 20 août 2018, avec le démantèlement d'une bande de faussaires, composée d'Odéhouri Gnazalé, vitrier, d'Adi Kouakou, commerçant et de Kader.

Si le dernier cité a pu se soustraire de la souricière, ce n'est pas le cas des autres qui, le mercredi 22 août 2018, sont conduits devant le parquet, à Toumodi. Selon nos sources, ces malfrats qui résident à Abidjan, mais qui ont pris leurs quartiers à Yamoussoukro depuis le début de l’année en cours, sont spécialisés dans l’extorsion de fonds à de naïfs individus. Avec leur stratagème décapant, ces roublards font de nombreuses victimes. Parmi lesquelles de hauts cadres, des fonctionnaires des opérateurs économiques, de petits travailleurs...tous à la chasse à la richesse rapide.

A relire: Cocody / Arnaque à la location de maisons : De faux propriétaires de biens immobiliers dont un retraité, arrêtés

Les choses en sont là, quand la police, grâce à un informateur anonyme, apprend que des suspects, logent dans un hôtel de la ville. Les éléments du commissaire Kouamé, commandant de l'antenne de la Police criminelle de Yamoussoukro, se déportent rapidement sur les lieux. Ils mettent la main sur Odéhouri Gnazalé, présenté comme le chef de la bande et Adi Kouakou. L'autre, Kader, parvenait à se tailler dans la nature. Suite à une perquisition de leurs chambres, les policiers découvrent des liasses de faux billets de banque et des billets noirs.  

Interrogés dans les locaux de la préfecture de police, où ils sont conduits, Odéhouri déballe la stratégie de sa bande. A l'en croire, très bien mis comme des responsables à l'abri de tout soupçon, ils se fondent parmi des participants à de grands colloques et séminaires, organisés à Yamoussoukro. Ce qui leur permet de repérer leurs cibles dont ils prennent les contacts, sur les fiches de présence. Ils prennent ensuite soin de converser en grand, avec la cible. Cible à laquelle ils font miroiter des affaires juteuses qui pourraient la rendre riche. Non sans créer les conditions de confiance.

Puis, trois mois plus tard, ils joignent téléphoniquement la cible dont ils promettent multiplier les billets de banque par trois, et même par dix. Notamment, prétendent-ils, par le lavage au mercure de billets noirs. Mais pour cette opération qui, selon eux, rend riche, ils exigent que leur soit d'abord versées de fortes sommes d'argent. Des sommes d'argent qui, à les en croire, doivent servir à l'achat du mercure, incontournable pour blanchir les billets noirs, au bout de deux jours seulement. Lorsque le ‘’client’’ accède à cette proposition en leur remettant l’argent pour acheter le mercure en question, ils prennent tout bonnement la clé des champs. Mais comme on le voit, cette fois c'est le couac, pour ces faux boss dont le comparse en fuite est activement recherché.

 

PAUQUOUD Charles Noël ( Correspondant régional) 

 

Pauquoud Charles Noël

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte