Yopougon : Il annonce à son frère qu'il vient de se faire tirer dessus et meurt


Il ne pointera plus présent, sur les fichiers des employés de la société qui l'emploie. Lui, c'est l'ouvrier Affo Chonou, âgé de 26 ans. Le malheureux a été balayé de la terre, par ces criminels qui animent à leur façon le quotidien des pauvres populations. Laissant la famille de la victime dans un désarroi total.

Sur ces faits, nos sources informent que dans la nuit du jeudi 16 août 2018, soit aux alentours de 23h, c'est en catastrophe qu'Affo Chonou déboule à l'entrée du domicile familial, à Yopougon-Gesco, où il vit avec les siens. Il tambourine au portail. Son frère aîné A.A., brutalement tiré de sommeil, vient aux nouvelles. Lorsque ce dernier ouvre le portail, il voit son cadet se tenant debout devant lui, en sang. Celui-ci lui remet la clé de sa moto et son téléphone-portable.

Tout affolé, A.A. demande à son jeune frère ce qu'il vient de lui arriver. Et l'autre, chancelant, de répondre : « Grand frère, ils ont tiré sur moi ! ». Mais qui donc vient de tirer sur lui, comme il apprend ? A Cette question, Affo Chonou n'a plus la force de répondre. D'ailleurs, il s'affaisse et on entend que des râles, du fond de sa gorge.

A relire: Yopougon : Un élève blessé par balle

Après avoir ameuté la maisonnée, A.A. conduit son frère très mal en point à la clinique médicale, non loin de la maison. Mais ici, les praticiens notent que leur structure ne dispose pas vraiment d'un plateau technique des plus relevés. Ils sont donc orientés vers le Centre hospitalier universitaire (Chu) de Yopougon. Sans perdre une seule seconde, A.A. embarque avec lui son jeune frère, dont le cas semble désespéré.

Sur place, le personnel médical de garde conduit immédiatement le blessé aux urgences chirurgicales, quand A.A . attend lui, dehors. Implorant de toutes ses forces, le Seigneur de sauver son frangin. Peu de temps seulement après, un toubib sort de la salle, avec une mine d'enterrement, parlant à la place des mots. A.A. se précipite vers lui et lance : « Docteur, Docteur, que se passe-t-il avec mon frère ?... » En tout cas, une foule de questions auxquelles le médecin répond d'abord par un hochement de la tête, avant de lâcher la « bombe ». A.A. s'effondre. En pleurs.

A lire aussi: Yopougon : Le client ouvre le feu sur le proxénète de la prostituée

Le corps de Affo Chonou est alors transféré à la morgue dudit centre hospitalier. La police, informée, se rend au Chu et effectue son constat d'usage. Un constat qui révèle que c'est une balle, logée juste en dessous du thorax, qui a eu raison du malheureux ouvrier, qui n'a pas eu le temps d’éclairer sur les circonstances de son agression, avant de rendre l'âme. Il s'est juste contenté de dire : « Grand frère, ils ont tiré sur moi ! ».

Mais qui a tiré donc sur ce pauvre garçon et dans quelles circonstances ? L'enquête policière s’emploie à répondre à ces préoccupations, devant logiquement conduire aux meurtriers.

 

Madeleine TANOU  

 

 

Madeleine Tanou

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte