Bouaké : Un élève de 9 ans retrouvé mort, pendu au domicile familial


L'écolier de 9 ans se serait-il pendu ou a-t-il été tué et pendu par la suite?

Qu'est ce qui a pu bien se passer pour qu’un gamin, le petit Lokossoué Kouamé Yann Élisée, 9 ans, élève en classe de CE2, puisse se donner la mort par pendaison ce samedi 17 novembre matin au domicile familial du quartier Ahougnassou Château ? Une mort qui suscite encore beaucoup d'interrogations au sein des populations de ce quartier populaire de Bouaké. Les faits selon des sources policières, c'est que  Konan Affoué Christine, 25 ans et servante de la maison, comme à ses habitudes, reprenait le service au petit matin de ce samedi 17 novembre 2018. Il était 7 heures lorsque la jeune gouvernante des lieux, tentant de franchir le portail, aperçoit le petit Yann pleurnicher de faim devant la maison. Elle lui remet une pièce de 100 F pour s'acheter un morceau de pain, le temps pour elle de se rendre au marché faire des provisions pour le repas de la journée. Christine était loin d'imaginer le drame qui allait se produire en son absence.

De fait, de retour du marché, la boniche qui décide d'avoir accès au domicile, frappe sans succès à la porte. Devant ce silence, elle envisage une autre option par de nombreuses interpellations qui s'avéreront toujours infructueuses. Elle finit par réalisé que le portail est hermétiquement fermé de l'intérieur. Sans calcul, elle se dirige par la suite au terrain du Centre de sante urbain d'Ahougnassou pour chercher les clés de la maison auprès de Kouadio Lokossoué, infirmier et père du petit Yann, jouant au football avec des collègues du service. Une fois en possession desdites clés, la servante retourne à la maison.

Après avoir procédé à l'ouverture des portes, la servante fait la découverte macabre d'un corps inerte et sans vie suspendu au rideau du salon de la maison. Devant le choc, elle accourt immédiatement alerter le voisinage et le père de l'enfant. Lesquels iront, à leur tour, alerter les minutes qui suivent, les éléments du commissariat de police du 5ème arrondissement. Ceux-ci vont procéder au constat. Informé, le Procureur de la République, Koné Brahman s'est rendu sur le lieu du drame pour s'enquérir des circonstances de ce drame. Le premier patron des flics de Bouaké a, séance tenante, fait appel à un médecin en chef pour diagnostiquer le macchabée.

Il résulte du diagnostic du médecin que la victime présente des strangulations au cou. Aucune matière fécale n'apparaît au niveau de la zone anale du défunt. Des indices qui, selon le médecin, pourraient laisser prospérer la voie d'une autopsie en vue d'élucider les circonstances réelles de ce drame. Le procureur de la République, qui redoute une mort suspecte, a promis poursuivre les enquêtes pour connaître la vérité sur ce drame.

Simon DEBAMELA, à Bouaké 

Simon De BAMELA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte