Insécurité: Un faux policier en treillis attaque un hôtel


C'est dans les environs de ce restaurant que le faux policier a tenté de tromper la vigilance d'un agent de sécurité

Alors que tout semblait bien parti pour le succès de son assaut, un malfaiteur va pourtant, en définitive, faire marche arrière.

Scène surréaliste qu'on pourrait caricaturer comme celle de mouches refusant étonnamment de se poser sur des excréments humains. La scène se passe au grand carrefour de Koumassi.

Sur les faits, nos sources informent que nous sommes dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 février 2019, quand un homme se présente à l'entrée d'un superbe et discret hôtel jouxtant le « chawarma le Titanic ». C'est, on l'a dit, au grand carrefour de Koumassi, en bordure de la voie, où les minicars chargent des passagers à destination d'Adjouffou, de Derrière-Warf, de Gonzagueville …, jusqu'à Grand-Bassam.

L'individu en question, portant un imperméable treillis, aborde le vigile et se présente comme étant un agent de police. Puis, il indique être là, pour rendre visite à l'un des clients de l'hôtel. Nous sommes aux alentours de 1h du matin.

Mais, alors que le vigile précède son « frère d'arme », pour le conduire à l’intérieur de l'établissement hôtelier, le prétendu policier-visiteur sort discrètement une kalachnikov soigneusement dissimulée, et en pointe le canon, dans le dos de l'agent de sécurité.

Puis, à ce dernier complètement abasourdi et mort de peur également, il souffle presqu'à l'oreille : « C'est un braquage. Alors, tu as intérêt à rester tranquille ! ». Le pauvre vigile n'a d'autre choix, que de s'exécuter. Il conduit donc le malfaiteur solitaire à l'intérieur de l'hôtel, jusqu'à la réception de celui-ci.

Puis il frappe à la porte de ce local, et indique à la réceptionniste qui lui répond de l'intérieur, qu'il est en compagnie du visiteur de l'un des clients des lieux. C'est le discours-bidon, en tout cas, que lui impose d'emboucher le criminel.

Mais vraisemblablement, la réceptionniste vient d’être tirée de sommeil. Vu qu'elle met un peu de temps à ouvrir la porte. C'est justement ce temps-là, marquant un manque de spontanéité de la part de la dame ignorant tout, que le malfrat trouve ne pas être en sa faveur. Car, un client, un visiteur ou un membre du personnel pouvait surgir à tout moment, et découvrir la forfaiture. Et là, tout pourrait capoter. Et pis, sentir le roussi pour lui.

Et que fait alors le scélérat ? Il ne se pose pas de question, pour abandonner son sinistre projet. Ainsi, il bat en retraite, et au pas de course, il gagne la sortie de l'hôtel, avant de disparaître immédiatement dans la nature.

Le vigile, pour sa part, sans doute pour justifier son salaire, fait mine de se lancer aux trousses du malfrat. Mais, rapidement, il s'éclipse et vient tenir son poste, sagement. « Il n'a pas kair (cœur) », comme on l'entend dire dans le langage populaire, pour signifier qu'il n'a pas ce courage de téméraire, pour oser prendre en chasse, ce bandit muni d'une puissante arme à feu.

La police, peu de temps après alertée, dépêche des agents sur place, qui viennent s'imprégner de ce qu'il s'est passé. Puis, ils ouvrent une enquête, en vue de retrouver l'indélicat.

KIKIE Ahou Nazaire

Kikié Nazaire

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next
 

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte